Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

SAW 2

Quand y’en a pour un y’en a pour 2

Jigsaw est de retour, et les choix mortels sont encore plus nombreux surtout pour un inspecteur de police qui découvre que le machiavélique tueur, a emprisonné son fils au sein de sa machination. A lui de faire plier le tueur…

La suite du plus terrifiant des films de l’année 2005 (2004 aux USA) est déjà sur les écrans, comme pour profiter de l’effet du premier opus, et de sa sortie en DVD. Mais si on pouvait s’attendre à une suite des plus banale, c'est-à-dire suivant à la lettre la construction du précédent afin d’attirer une fois de plus le public, le scénariste et le réalisateur, optent à la fois pour le respect et l’innovation, dosant magnifiquement les deux, pour nous terrifier et nous surprendre à nouveau.

Car si le film est encore plus gore que le premier, l’inventivité des pièges est exceptionnelle, et le ton encore plus cynique et pessimiste renforce l’angoisse du spectateur. Le personnage du tueur est machiavélique à souhait, mais avec cette fois un temps de présence réelle à l’écran bien plus important, ce qui renforce l’impact de ses mots et de ses casses têtes. Saw 2 est du coup autant un thriller, un face à face entre deux personnages, que la rencontre des prisonniers et des pièges qui fascinent le spectateur.

En plus l’utilisation des flash-back est somptueuse, emmenant tout le monde vers un retournement final exceptionnel et imprévisible : du grand art. Car ce que recherche le spectateur en venant voir ce genre de film, c’est de l’épouvante, mais aussi un scénario qui le ballade, le piège, l’identifiant encore plus à des victimes et à leurs choix déterminants. En bref un film qui réussit un nouveau coup d’éclat dans sa catégorie, avec du plaisir, des frissons et des sanglots…. Si je n’étais pas un peu dépressif je dirais quelle belle soirée !!!

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire