Banniere_TOP 2020

RIRE ET CHATIMENT

Un film de Isabelle Doval

Une réussite pour un premier long métrage.

Vincent, jeune ostéopathe, ne peut s'empécher, à tout moment, de plaisanter, d'en faire des tonnes; et ce souvent au détriment de sa femme qui réclame un peu d'écoute. Un soir, excédée par son comportement et lassée de ne jamais être écoutée, elle décide de le quitter. Un malheur n'arrivant jamais seul, Vincent se rend compte que cette manie de faire rire peut entraîner des catastrophes ; au point de faire mourir les gens de rire… Conscient de ce qu'il déclenche, Vincent se découvre peu à peu, et essaie tant bien que mal de récupérer sa femme...

A première vue, plongée dans la fiesta d'une boîte de nuit parisienne, j'ai pensé que l'on retrouverait, encore, l'humour connotée 'sentier' de Paris, avec les mimiques bien connues de José Garcia. Finalement, le couple Vincent-Camille est un couple simple, lui ostéopathe et elle, infirmière dans un service de gériatrie. Seulement, l'infatigable Vincent ne s'arrête jamais, jusqu'au jour où rien ne va plus. Vincent n'écoute jamais, ni sa femme, ni ses amis, trop préoccupé à contempler son talent de comique…

'Rire et Châtiment' est incontestablement avant tout une comédie, dans laquelle l'humour est bien dosé et alterne avec des passages de doute et de tendresse. Cependant, Isabelle Doval cherche à nous toucher dans notre vie quotidienne, où nous sommes tous préoccupés par ceci ou cela, sans comprendre les choses importantes qui ne demandent finalement pas un gros effort. L'effort que va devoir faire Vincent est lui énorme : reconquérir sa femme, en passant au second plan, et en donnant un peu de soi.

On peut peut-être regretter le côté irréaliste des personnes qui meurent de rire, même si cette dimension fait avancer le personnage principal dans sa thérapie, sans envahir cependant la présence des acteurs et l'histoire en elle-même.

Cependant, dans 'Rire et Châtiment', on trouve un José Garcia séducteur, qui, contrairement au " séducteur malgré lui " dans " La vérité si je mens ", met en valeur avec réussite ce show-man irrésistible et attendrissant. Isabelle Doval, réalisatrice et femme de l'acteur, lui donne la réplique en contrebalançant l'hyperactivité de Vincent par sa fraîcheur et son calme.

Caroline LevesqueEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire