Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LA PRIÈRE

Un film de Cédric Kahn

Des efforts aussi rudes que la vie elle-même

La gueule amochée, Thomas, 22 ans, arrive dans un foyer de montagne tenu par des religieux. Il y rejoint d’autres jeunes toxicos, tentant de trouver un autre chemin au travers d’un dur labeur, de règles strictes et de prières. Mais rapidement, l’envie de se retrouver seul prend le dessus, chose pourtant interdite ici…

Au delà d'un film sur la foi en Dieu, Cédric Kahn ("Les regrets", "Feux rouges") réussit une œuvre âpre sur l'effort et la possibilité de se choisir une voie. Observant un groupe de jeunes en retraite, encadrés plus que dirigés par quelques prêtres et surtout les uns par les autres, il dépeint avec minutie une communauté aux règles strictes, dans laquelle chaque a sa place mais se doit aussi de la mériter. Entre culpabilité initiale, refus de la punition, besoin de moments d'isolement, entraide fraternelle, le personnage principal doit apprendre le respect des autres et de la communauté, avant de savoir se respecter lui-même.

Et les espaces de liberté sont finalement bien peu nombreux dans ces lieux d’altitude, le village voisin faisant ponctuellement office de refuge et de lieu de respiration. Se plaçant auprès de son personnage, tel un observateur le plus neutre possible, Kahn saisit les élans de vie persistent, ne jugeant aucun rituel, mais cherchant avec sa caméra le même apaisement, qui ne mène pas forcément pour tout un chacun, à l'abstinence ou au séminaire. Grâce à un jeune acteur formidable, Anthony Bajon (découvert dans le très beau court métrage "Petit homme" puis dans "Les ogres", et vu récemment dans "Rodin"), qui incarne à merveille le balancier entre rébellion et formatage, Cédric Kahn représente une parenthèse salvatrice des plus lumineuses.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire