Banniere_Face_a_Face_2022

PLUS QUE JAMAIS

Un film de Emily Atef

Une œuvre aussi frontale que délicate

Hélène est atteinte d’une maladie rare, une « fibrose pulmonaire idiopathique », ses poumons se durcissant au moindre effort, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus respirer. Son compagnon, Mathieu espère qu’elle pourra subir une transplantation des deux poumons. Inquiète, elle se renseigne sur la fin de vie et entre en contact avec Bent, un Norvégien lui aussi malade. Elle décide alors d’aller s’isoler en Norvège, respirer et faire la connaissance de Bent…

Plus que jamais film movie

Après un Festival de Cannes 2021 très marqué par la question de la fin de vie ("Vortex", "Tout s’est bien passé", "De son vivant" y ont été présentés), c’est "Plus que jamais" d’Emily Atef qui a remis le sujet en avant lors de l’édition de 2022. La réalisatrice de "Trois Jours à Quiberon" nous convie ici au cœur d’un couple amoureux, que la maladie oblige à l’éloignement, physique (elle étouffe alors qu’ils font l’amour), géographique (elle part en Norvège se ressourcer et chercher un apaisement dans ses grands espaces), mais aussi psychologique, car comme elle le dit lors d’une visio avec Le Norvégien Bent : « les vivants ne peuvent pas comprendre les mourants ».

Porté par Vicky Kriesp ("Bergman Island", "Corsage"), le film aborde avec un tact immense les tourments d’une femme digne qui se sait condamnée. De ses efforts pour être « normale » à ses envies d’en finir, de ses espoirs vains à ses choix décisifs, le délicat scénario tâche de poser les bonnes questions et d’affirmer le droit de choisir comment « partir ». Les paysages d’une Norvège à la lumière permanente jouent sur l’ambiance presque sereine d’un film où les éclats sont maîtrisés, incarné avec emphase par Gaspar Ulliel (dans son dernier rôle) alors qu’il pressent que « elle n’est déjà plus la » et par Vicky Kriesp dont le sentiment de culpabilité n’empêche ni d’aimer son compagnon ni de faire son choix pour elle-même et non pour lui ou ses proches. Une œuvre bouleversante qui reste longtemps en mémoire.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire