Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

PLEIN SUD

On dirait le Sud, le temps dure (très) longtemps...

C'est l'été et Sam est en route vers l'Espagne pour retrouver sa mère partie refaire sa vie. Sam est traumatisé, il a assisté au suicide de son père et à la déchéance de sa mère. Sur sa route, il rencontre un frère et une soeur qui fuient... Fuire, mais quoi ? Sam s'en fout, il les prend en auto-stop et les entraîne dans son périple. Mathieu et Léa semblent tous les deux attirés par Sam... leur route croise bientôt celle de Jérémie qui les rejoint pour le plus grand bonheur de Léa...

Avis aux jeunes homos qui avaient adoré « Presque rien » et « Wild side » (deux films du même auteur), Sébastien Lifshitz est de retour et il est très en forme ! Enfin sur le plan de la réalisation et du casting. Plus inspiré que pour « Presque rien », mais moins emporté que dans « Wild side », il tourne avec fraîcheur un road-movie où quatre jeunes se dirigent vers le sud pour des raisons diverses et variées et dont on retiendra seulement celle de Sam, la trentaine partant à la recherche de sa mère avec qui il a un dernier compte à régler, suite à la mort de son père.

Côté casting, il affiche une belle brochette de jeunesse dont la plastique n’a pas à rougir du talent. Yannick Rénier (frère de Jérémie) impose son charisme sulfureux, passant la moitié du film torse nu en jean déchiré : trop craquant ! Face à lui le petit nouveau de l’écran Théo Frilet (« Nés en 68 »), en transi amoureux de Sam, assure dans son rôle du frêle midinet. Léa Seydoux (« La belle personne ») séduit dans son rôle de Lolita déchaînée et menant en bateau le jeune Pierre Perrier (« Douches froides »).

C’est donc le Sud, et c’est donc forcément un peu chaud ! Première scène du générique : Léa Seydoux se trémousse devant un placide Yannick Rénier dont on se dit qu’il faut bien qu’il soit attiré par les hommes pour rester tant de marbre. Pas loupé, dragué frontalement par le séduisant Théo Frilet, Yannick succombe nu comme un vers sur une plage au coin du feu ! L’esprit et la scène anthologique de Stéphane Rideau avec Jérémie Elkaïm dans « Presque rien » transpirent dans ce « Plein sud », où tous les corps sont beaux, lisses et dorés.

Passé le spectacle pour les yeux, on se demande bien quel est l’intérêt de l’intrigue… Côté scénario, c’est plutôt le sud désertique. Creuse et bancale, l’intrigue ne vaut que pour l’histoire de Sam (ne parlons surtout pas de la révélation sur Léa Seydoux, aussi inutile qu’inintéressante, et encore moins de l’histoire autour de Pierre Perrier, quasi absente). Malheureusement, ce road-movie s’étire en longueur et les vides scénaristiques sont remplacés par de lentes scènes de marche et de questionnements intérieurs. Tiens, une scène qui réveille : Yannick Rénier se douchant torse nu à la sauvage et se faisant sécher allongé au soleil dans un champ aux herbes hautes… Chacun trouve son bonheur là où il peut !

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire