Banniere_Festival_Lumiere_2020

LE PETIT GRUFFALO

Promenons dans les bois

Le fils du Gruffalo est un enfant curieux. Alors qu’il joue devant la grotte, il ressent une irrésistible envie d’aller voir ce qu’il se passe dans la forêt. Mais dans cette forêt vit une grande et méchante souris… Malgré l’interdiction de son père et n’écoutant que sa curiosité, le petit Gruffalo s’échappe de la grotte pour se faufiler dans la forêt...

Avant l’histoire du « petit Gruffalo », trois courts-métrages muets sont proposés, tous sur le thème de l’hiver. Le premier, « Des pas dans la neige », est l’adorable histoire d’une gerbille qui hiberne et qui suivra des traces de pattes dans la neige jusqu’à ce qu’elle se trouve nez à nez avec un lapin. Une jolie histoire de solidarité rythmée par une musique douce japonisante. Le deuxième, « Le chemin d’un lièvre », narre l’histoire d’une maman lièvre qui explique à son fils les dangers de la forêt. Dessinés en ombres chinoises, les animaux évoluent dans un décor à l’aquarelle assez simple. Le seul bémol de cette histoire est la cruauté de son dénouement. Enfin, le troisième court métrage, « L’oiseau et la feuille », raconte l’histoire d’un oisillon qui prend soin de la dernière feuille qui reste sur sa branche, malheureusement celle-ci s’échappe, alors une course folle s’engage pour la rattraper. Ces trois courts-métrages permettent d’entrer dans l’histoire du petit Gruffalo et son apprentissage du monde extérieur avec douceur et tendresse.

Après le succès du premier film de la saga du Gruffalo, l’histoire se centre sur son fils, le petit Gruffalo, qui en est le personnage principal (contrairement au premier film dans lequel la souris était au centre de l’histoire). À nouveau, la traversée de la forêt se fera en trois temps, le petit Gruffalo rencontrant trois prédateurs différents avant de trouver la grande et méchante souris. Du fait de la thématique abordée, le public visé est encore plus jeune que celui du Gruffalo. En effet, le petit Gruffalo va apprendre qu’il ne faut pas désobéir à son père et qu’il peut être dangereux de faire seul ses expériences.

Tout comme pour les courts-métrages qui le précèdent, l’action se déroule en hiver, dans un paysage enneigé qui laisse apparaître les traces des animaux et recrée une ambiance anxiogène pour le petit Grufffalo. C’est encore là un joli film d’animation, même si un peu moins réussi que le premier, qui vaut la peine d’être découvert en famille avec des tout-petits (à partir de 2-3 ans).

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire