Banniere_Festival_Lumiere_2020

MUG

Une peinture féroce de l'hypocrisie religieuse en Pologne

Jacek est un fan de heavy metal, fiancé, et très apprécié des habitants du coin. Travaillant sur le chantier de la plus grande statue de Jésus-Christ au monde, il est victime accident qui le laisse complètement défiguré. Il sera bientôt le premier greffé du visage de Pologne…

Sorti le 30 novembre 2018 sur e-cinema.com

"Mug (Twarz)" est un film polonais centré sur un jeune homme, fan de hard rock, légèrement rebelle, qui à la suite d'un accident sur le chantier d'une statue géante de Jésus, se retrouve défiguré et subit la première greffe du visage du pays. Prenant le temps d’introduire longuement son personnage et les liens presque paradoxalement tendres qu’il entretient avec sa famille, sa fiancée et la communauté, la réalisatrice, Małgorzata Szumowska (remarquée pour "Aime et fait ce que tu veux" et "Body") tisse un manteau de tendresse autour de ce personnage, renforçant ainsi l’empathie envers lui et l’émotion ressentie par la suite.

Commençant ainsi tel un film romantique, "La bouille" (comme le surnom donné à cet homme optimiste qui a pourtant tout perdu) aligne au départ les plans bucoliques, des câbles du bac qui plongent dans l’eau, à la demande en mariage sur la passerelle. Se poursuivant sous forme d'une cynique comédie sociale et d'une triste histoire d'amour déçu, il s’agit d’un film au scénario inventif et aux paraboles politiques pertinentes. Récompensé d’un fort mérité Grand prix au Festival de Berlin 2018, "Mug" allie avec malice représentation d’une masculinité restant au stade de l’image, multiplication des représentation de visages aux diverses significations, et dénonciation de la petitesse des gens.

Sur un ton de comédie dramatique, le film épingle ainsi l'hypocrisie d'un peuple basant toutes ses valeurs sur des préceptes religieux, mais qui finit par n'en appliquer quasiment aucun. L’image finale (attention spoiler) du Jésus regardant finalement ailleurs, et détournant ainsi le regard de ce qu’il se passe en Pologne, est à la fois hautement symbolique et constitue un message d’actualité. Une véritable réussite, mélangeant avec habilité tendresse et drame.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire