Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

MASTER AND COMMANDER

Un film de Peter Weir

La fureur et l'embrun !

Lors des guerres napoléoniennes, l’affrontement entre deux navires français et anglais va virer à l’obsession pour le capitaine du navire anglais. Après une attaque surprise de l’Achéron, navire corsaire, il va le poursuivre afin de l’éliminer jusque de l’autre côté du monde…

Le nouveau film de Peter Weir reprend deux volumes d'une illustre série de romans historiques anglais, Master and Commander. A la barre d'un tel projet, la présence du réalisateur du cercle des poètes disparus a pu, au premier abord seulement, paraître incongrue, car nombreux étaient ceux qui craignaient que l'australien ne soit qu'un faiseur de grand spectacle ( moi le premier !). Et bien non et la surprise n'en est que plus grande.

Car le sujet, certainement embrassé à bras le corps par le réalisateur, regorge de moments de fureur dans l'action, mais aussi dans la relation entre un capitaine obstiné jusqu'à la folie ( formidable Russel Crowe) et son second et ami qui tente par tous les moyens de le ramener à la raison. Cette obstination alternant entre la folie et la passion emmène l'équipage au confint du monde physique et mental. Car si le réalisateur a su une fois de plus capter l'essence d'un roman, qui se base sur un déchaînement des hommes et des éléments, il compose de magnifiques batailles navales entre un navire fantomatique et un autre au bord de la décrépitude.

La violence et la véracité des combats rendent autant hommage aux techniciens qui les ont réglés qu'aux marins de l'époque qui les ont vécus. La manière avec laquelle ils sont filmés transporte le spectateur au cœur de ces terribles combats, là où la chair ne pesait pas bien lourd face aux boulets et autres armes destructrices. La fragilité de ces hommes perdus au milieu d'une nature hostile et prise en tenaille par des ennemis redoutables les rend encore plus fragiles et admirables.

Ce film se regarde alors tout autant comme un documentaire historique aux accents de réalisme saisissant, comme Il faut sauver le soldat Ryan en son temps pour le débarquement. En fin de compte un film de bataille navale au sens le plus noble du terme et dont le spectateur admirera tout autant les somptueux navires que les sombres desseins de ceux qui les utilisent. La fureur des combats ajoutée à celle de la tension perpétuelle des personnages, nous entraîne vers les bas fonds. Il faut aller voir ce film sinon c'est la planche, mille sabord !!

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire