Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

Russell Crowe

Réalisateur - Acteur - Interprète

Éternel Maximus, Russell Crowe est un monstre de charisme qui a multiplié les rôles emblématiques, parcourant les péplums, blockbusters et productions plus intimistes avec la même aisance. Alors qu’il s’apprête une nouvelle fois à endosser un rôle des plus ambitieux dans l’adaptation moderne de l’épopée de Noé par Darren Aronofsky, cela méritait bien un portrait de notre part de ce grand monsieur.

Né le 7 avril 1964 à Wellington en Nouvelle-Zélande, le jeune garçon a grandi sur les plateaux de télévision, ses parents restaurateurs s’occupant des repas sur différents tournages. Alors qu’il est encore tout jeune, sa famille déménage en Australie où, à l’âge de six ans, il deviendra une vedette du petit écran grâce à la série "Spyforce". Malgré cette expérience et son amour pour le cinéma, le garçon va s’éloigner de cet univers durant de longues années, préférant mener une enfance comme celle de ses amis, loin du strass et des paillettes. Mais l’appel de la caméra n’a jamais été bien loin, et une fois l’adolescence terminée, Russell Crowe va de nouveau jouer au comédien, d’abord à la télévision et dans des productions australiennes.

Au début des années 90, on le retrouve ainsi au casting de nombreux différents films, dont certains obtiennent un certain succès en Océanie, "The Crossing", et "Romper Stomper" notamment. Le premier où il incarne un homme tombant amoureux de la femme de son meilleur ami lui vaut d’ailleurs une nomination à l’équivalent australien de l’Oscar du meilleur acteur, statuette qu’il remportera pour le deuxième film précité grâce à sa composition époustouflante d’un skinhead néonazi d’une froideur effrayante.

Mais rapidement, c’est de l’autre côté du planisphère que le comédien va faire étalage de tout son talent. Remarqué par Sharon Stone, celle-ci parvient à ce qu’il se fasse engager pour jouer un de ses partenaires dans "Mort ou Vif" de Sam Raimi, point de départ de ses nombreuses collaborations avec de grands metteurs en scène. Et c’est deux ans plus tard que l’acteur va véritablement se faire un nom, dans l’adaptation d’un roman James Ellroy, le polar rétro "L.A. Confidential", où il joue l’un des trois enquêteurs chargés de résoudre une mystérieuse affaire, aux côtés de Kevin Spacey et Guy Pearce. La consécration ne se fait pas tarder ; en 2000, il devient Maximus, ancien général devenu esclave prêt à tout pour se venger de l’empereur Commode, dans le "Gladiator" de Ridley Scott. Son interprétation tout en puissance et rage lui vaut l’Oscar du meilleur acteur ainsi qu’une reconnaissance internationale. Désormais, de très nombreux scénarios affluent dans le bureau de son agent, mais impassible et imperméable aux sirènes médiatiques, le Néo-Zélandais choisira méticuleusement chacun de ses rôles.

Après avoir été un membre des services secrets expert en prise d’otages dans "L'Échange" en 2001, on le retrouve l’année suivante dans la peau du mathématicien John Forbes Nash, Jr. dans "Un homme d'exception" de Ron Howard. S’essayant au film d’aventure avec "Master and Commander" et à la comédie avec "Une grande année", c’est surtout sa prestation de boxeur dans "De l’ombre à la lumière" qui lui apporte les louanges des critiques. Il retrouve ensuite Ridley Scott pour le drame policier bouillonnant et nerveux "American Gangster" aux côtés de Denzel Washington. En 2007, il fait partie de la nouvelle version de "3h10 pour Yuma", western ultra-maîtrisé et terriblement efficace.

Aimant se renouveler sans cesse, il adore se lancer des défis physiques. Après avoir fait preuve de son charisme dans les thrillers politiques "Mensonges d'État" et "Jeux de pouvoir" en 2008 et 2009, on le retrouve ainsi en Robin des Bois guerrier et affuté dans la relecture du mythe par Ridley Scott. Il occupe également le rôle-titre du remake américain de "Pour elle", "Les Trois prochains jours", dans lequel il se donne corps et âme pour faire évader sa femme de prison. En 2012, on le voit dans deux rôles aux parfaits antipodes, puisqu’il est à la fois dans le film de baston tarantinesque "L’Homme aux poings de fer" et la comédie musicale inspirée de l’œuvre de Victor Hugo, "Les Misérables", dans laquelle il pousse la chansonnette dans la peau de l’inspecteur Javert.

Acteur exigeant et rigoureux, Russell Crowe ne laisse aucun détail au hasard pour interpréter ses différentes compositions. Autrefois catégorisé comme bad boy du fait de son caractère difficile, il est aujourd’hui perçu comme l’acteur qu’il mérite être, à savoir un acteur méticuleux qui n’éprouve du plaisir que dans cette perfection qu’il recherche sans cesse. Bien loin de sa Nouvelle-Zélande natale, le comédien a largement conquis Hollywood, son aura lui valant aussi bien les faveurs du public que de la critique. Et son rôle de Noé dans le film éponyme de Darren Aronofsky ne fait que confirmer ce que l’on savait déjà : plus le défi est de taille, plus l’homme sait se transcender pour donner vie à ses personnages et nous offrir des prestations stupéfiantes.

Le saviez-vous ?

En plus d’être comédien, Russell Crowe endosse parfois la casquette de producteur, comme pour "Robin des bois". Il est également passé derrière la caméra pour plusieurs métrages, dont "Texas" et "The long Green Shore", envie qui l’anime à nouveau puisqu’il compte pas moins de trois projets de réalisation à l’heure actuelle, notamment "Le Sourcier" avec Olga Kurylenko et un biopic sur l’humoriste Bill Hicks.

Filmographie sélective

2014 : Noé, de Darren Aronofsky
2014 : Un amour d'hiver, d'Akiva Goldsman
2013 : Broken City, d'Allen Hughes
2013 : Man of Steel, de Zack Snyder
2012 : L'Homme aux poings de fer, de RZA
2012 : Les Misérables, de Tom Hooper
2010 : Les Trois Prochains Jours, de Paul Haggis
2010 : Robin des Bois, de Ridley Scott
2009 : Jeux de pouvoir, de Kevin Macdonald
2009 : Traqués, de John Polson
2008 : Mensonges d'État, de Ridley Scott
2007 : 3 h 10 pour Yuma, de James Mangold
2007 : American Gangster, de Ridley Scott
2006 : Une grande année, de Ridley Scott
2005 : De l'ombre à la lumière, de Ron Howard
2003 : Master and Commander : De l'autre côté du monde, de Peter Weir
2001 : Un homme d'exception, de Ron Howard
2000 : Gladiator, de Ridley Scott
2000 : L'Échange, de Taylor Hackford
1999 : Révélations, de Michael Mann
1997 : L.A. Confidential, de Curtis Hanson
1997 : Heaven's Burning, de Craig Lahiff
1995 : Mort ou vif, de Sam Raimi
1995 : FBI, un homme à abattre, Frank A. Cappello
1994 : The Sum of Us, de Geoff Burton et Kevin Dowling
1992 : Romper Stomper, de Geoffrey Wright
1991 : Proof, de Jocelyn Moorhouse
1990 : The Crossing, de George Ogilvie
1990 : Prisoners of the Sun, de Stephen Wallace

Christophe Brangé Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A RÉALISÉ
A JOUÉ DANS