Banniere-Berlinale-2019

MA REUM

Ma mère cette bolloss !

Fanny est une mère au foyer épanouie qui tient un site Internet de recettes de pâtisserie et est surtout très proche de son unique fils de 9 ans, Arthur. Un jour quand elle l’aperçoit se faire racketter son goûter par trois garnements à la récréation, elle décide de s’occuper d’eux…

Voici donc l’histoire d’une mère surprotectrice décidant de prendre la défense de son fils et de se venger des trois élèves de primaire qui l’utilise comme souffre-douleur. Elle en vient à devenir une sorte de psychopathe, se complaisant dans la destruction de la vie de ces trois jeunes, se mettant à leur niveau et ne valant guère mieux qu’eux : achetant les services d’une enfant pour avoir des informations, tombant dans des actes de vengeance de bas étage (cuisiner une tarte aux excréments de chien, mettre du laxatif dans une gourde…).
Certaines scènes déconcertent (la bataille de grimaces et de doigts d’honneur entre Fanny et les trois méchants élèves). L’humour est faiblard et régressif (pire que des blagues de collège), tandis que le jeu en roue libre total d’Audrey Lamy (qui en rajoute des tonnes) n’arrange en rien la qualité du film. Le final à l’émotion fabriquée ne relève pas le niveau de l’ensemble.

La réalisation est sans imagination et sans saveur à l’image du scénario faisant preuve de lourdeurs aussi bien dans l’humour que dans l’émotion, avec des personnages secondaires insignifiants (le couple d’ami des parents en tête). De plus, aucun des acteurs ne parvient à tirer son épingle du jeu que ce soit au niveau des personnages principaux ou ceux faisant une petite apparition comme Max Boublil qui ne vient globalement que pousser la chansonnette à la fin ou encore Joey Starr qui vient rajouter son côté « grande gueule » dans le petit rôle du chef de camp d’été de redressement pour jeunes difficiles.
En fond de ce ratage humoristique trône pourtant la question sérieuse du harcèlement à l’école. Le problème est que l’emballage - dans lequel il nous est servi - ne lui rend pas justice, avec une morale pour le moins surprenante et que l’on peut comprendre comme : « laissez vos enfants résoudre leurs problèmes tout seuls ».

"Ma Reum" est une comédie dans l’ensemble très moyenne où peu de choses sont à sauver. On est pris en otage par ce petit jeu de massacres qui ne vole pas plus haut que la taille d’un élève de maternelle. On se demande si cette reum n’aurait pas dû rester à s’occuper de son site Internet de recettes pâtissières.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire