Parce qu'on en a jamais assez !

LE PETIT NICOLAS - QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ?

Un bel hommage à la création et à l'amitié

Paris, 1955. Jean-Jacques Sempé et René Goscinny ont rendez-vous à une terrasse de café. Sempé esquisse un personnage de gamin avec une écharpe. Ils lui cherchent un nom, et Sempé a besoin d’une histoire pour des planches dans Sud Ouest. Il compte bien sur Goscinny, le magicien des mots, pour lui souffler des dialogues. Mais alors que Goscinny, en recherche d’inspiration, se met à parler au dessin, celui-ci s’anime et le petit Nicolas sort de la feuille, allant se balader sur les touches de sa machine à écrire, entamant ainsi un dialogue avec l’un, puis l’autre de ses créateurs. L’occasion pour les deux hommes de se raconter, jusqu’au jour funeste de 1977…

Le Petit Nicolas - Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux film animation animated movie

Après trois adaptations live, plus ("Le Petit Nicolas", "Le trésor du Petit Nicolas") ou moins ("Les vacances du Petit Nicolas") réussis, voici que débarque un film d'animation, sur un scénario de Anne Goscinny et Michel Fessler. Passé par les séances spéciales du dernier Festival de Cannes, le film, qui figure également en compétition au Festival d'Annecy, prend le parti de raconter non seulement la genèse du personnage, mais aussi d'inverser le regard, en autonomisant en partie le petit bonhomme, lui permettant, par un dialogue avec ses auteurs, de développer leur histoire à eux. Et quoi de plus intelligent, pour une BD traitant d'enfance et d’amitié, de raconter l'amitié qui unit ces deux collaborateurs, jusqu'à la mort de Goscinny en 1977, d'un arrêt cardiaque.

Le récit s'intéresse en effet d'un côté à la création du personnage et des différentes composantes de son entourage. Intelligemment le dessin s'adapte aux hypothèses ou aux descriptions que portent les voix du dessinateur (Laurent Lafitte) et du scénariste-dialoguiste (Alain Chabat). Ainsi, les décors rétrécissent lorsque le choix est fait d'une famille moyenne, qui ne soit pas riche, afin de parler au plus grand monde. De même la grand mère se couvre d'une fourrure et de cadeaux pour signifier son exubérance. L'utilisation de la couleur arrive lorsque Nicolas s'anime et, telle une photo de classe, les copains sont présentés un à un, celui dont le caractère est décrit étant alors le seul personnage en couleurs. En toile de fond, le destin de la famille de Goscinny, entre l'exil en Argentine, la déportation de certains membres, son envie de Music Hall, tout comme le contexte familial de Sempé, un père alcoolique, un grand père adoré, sont évoqués par petites touches, avec une certaine pudeur.

En termes d'animation, deux styles s'imposent, très coloré et rempli pour les passages avec les créateurs, et très proche de la patte de l'artiste dans les passages concernant Nicolas, avec de fins traits noirs et des décors aux détails travaillés, mais n'emplissant pas tout le cadre. Mais la véritable trouvaille est dans la manière de gérer le mouvement dans les planches, les couleurs s'agrandissant à la frange du dessin, telles des tâches de peinture aquarelle. L'effet est des plus réussis et apporte une touche de poésie à un récit dont la noirceur est égayée par de nombreux détails sur le personnage et ses amis : distance avec les filles, coup des paupières, peur de la punition, colonie de vacances, cours de gym... Un esprit espiègle souffle donc sur ce bel hommage à deux créateurs amis, qui ont marqué l'histoire de la Bande dessinée, accompagné de l’entraînante chanson de Charles Trenet, "Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?", enjoignant à profiter de l'enfance comme de la vie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire