KNOR

Un film de Mascha Halberstad

L’amour des animaux

Babs, une petite fille végétarienne voit son grand père Tuitjes débarquer chez ses parents, et s’installer dans le cabanon de jardin qui lui servait de lieu de jeux avec son ami et voisin Tijn. Peu de temps après celui-ci lui offre, lors d’une visite dans une ferme, un petit cochon, qu’elle parvient à convaincre ses parents de garder. Mais le 100e concours des meilleurs saucisses arrive dans quelques semaines…

Knor film animation animated movie

À la vision de "Knor", c’est finalement plus le duo constitué par la petite Babs et son voisin Tijn qui s’avèrent être les héros de cette petite fable venue des Pays Bas. Tourné en stop motion, c’est à dire image par image, ce film d’animation met donc en scène de petite figurines, parvenant à rendre leurs mouvements assez réalistes, jusque dans la course parfois effrénée des deux turbulents enfants. Derrière les questions d’amour des animaux (la fillette voudrait un chiot, elle va avoir un porcelet… et elle est de plus végétarienne) l’espièglerie est au rendez-vous, les enfants étant prêts à tout pour d’abord se débarrasser d’un grand père envahissant qui squatte leur espace de jeu (voir l’épisode amusant des limaces…), puis pour empêcher celui-ci de parvenir à ses fins malhonnêtes.

Car le spectateur est lui mis dans la confidence des la première scène, où un boucher local comme son rival (le fameux grand père) sont disqualifiés et interdits du concours de roi de la saucisse 25 ans plus tôt pour cause de queues de rats retrouvées parmi les ingrédients, et de la bagarre qui s’en suivit. Le dessein du grand père transparaît d’ailleurs assez vite, de par sa volonté de mesurer régulièrement le poids du cochon dénommé Oink. L’ensemble de l’histoire se tient et les petits s’amuseront sans doute des problèmes gastriques récurrents du petit animal, dont on regrettera juste la rigidité des mouvements des pattes, entre pets matérialisés par un petit rond dans l’air et montagnes de déjections qui contribueront d’ailleurs au climax de l’intrigue.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire