Bannière Festival de San Sebastian 2021

JEAN-PHILIPPE

Un film de Laurent Tuel

Toute la musique que j'aime… ou pas…

Un fan absolu de Johnny Hallyday se réveille, après avoir pris un coup de poing, dans un monde où Johnny n’existe pas. Au bord du désespoir, il va tenter de le retrouver et de le faire devenir la star que l’on connaît tous…

Jeune réalisateur, Laurent Tuel s'attaque dans "Jean-Philippe" à l'un des monstres sacrés de la culture française : on l'aura reconnu, l'idole des jeunes, Johnny Hallyday.

Un film sur Johnny me direz-vous ? Eh bien non, et heureusement. Car si le pari de ce film est réussi, c'est justement bien car il ne parle pas de Johnny directement. Le scénario est ici efficace et ingénieux, mais de quoi s'agit-il finalement ? Un film sur le destin, une jolie parabole sur la vie, les tours et les détours qu'elle nous fait prendre, les détails qui changent un destin…

Très bien documenté et crédible sur toute la longueur, le film nous fait croire en la tendresse de ce Jean-Philippe Smet qui n'est pas Johnny, sa timidité, sa gaucherie… et pourtant ce charisme qui n'attend qu'une chose : exploser en public.

Avant de parler de l'exceptionnel duo de comédiens qui font vivre ce film, on soulignera également les qualités comiques de "Jean-Philippe", notamment au travers de clins d'oeil et de surprises disséminés au fil du film. (On ne peut vous en dire plus, mais croyez-nous sur parole). On regrettera cependant que la qualité de l'intrigue, le développement de certains personnages, certaines idées ou situations aient été sacrifiés au rythme et à une durée de comédie minimale (90min). Beaucoup d'entre elles auraient mérité un meilleur traitement, donnant également plus de fluidité au récit, parfois un peu haché. On en viendrait presque déjà à attendre le DVD.

Mais que serait "Jean-Philippe" sans ses deux acteurs ? Johnny d'abord, à qui l'on offre pour une fois un grand rôle dans un bon film. Il réussit le tour de force de jouer un Hallyday qui ne se connaît pas dans ce rôle, un Jean-Philippe Smet étonnant et souvent émouvant, notamment lors d'une scène magnifique où il déchiffre ses chansons pour la première fois, dont "Quelque chose de Tennessee". Mais on pense aussi bien sûr au très grand Fabrice Luchini, au top de sa forme dans un rôle de fan où il peut laisser exploser sa folie légendaire, suscitant les éclats de rire tout au long de la séance, mais aussi beaucoup d'émotion.

Un duo qui, on l'a vu lors du matraquage promotionnel précédant la sortie du film, fonctionne à merveille, pour l'une des très bonnes surprises de ce début d'année. Un "Jean-Philippe" à qui on promet un grand succès auprès des fans de Johnny, mais aussi et surtout du grand public !

Rémy MargageEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire