Parce qu'on en a jamais assez !

JACKIE

Un film de
Avec

Un étouffant protocole

Pablo Larraín, extrêmement productif depuis quelques temps, nous livre son troisième film en à peine deux ans, après la sortie à l'automne 2015 de son percutant "El club" (Grand prix du Festival de Berlin) et fin 2016 de son road movie sur la traque d'un "Neruda" forcé à la fuite (présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en mai 2016). Le réalisateur chilien nous propose aujourd'hui sa vision du meurtre de Kennedy, au travers de la détresse de sa femme, Jackie, confrontée à des exigences de protocole et de sécurité.

Récompensé d'un surprenant Prix du meilleur scénario au Festival de Venise 2016, le film devait à l'origine être réalisé par Darren Aronofski avec en tête d'affiche Rachel Weiz. Si sur la forme, les allers-retours avec une interview donnée par Jackie Kennedy une semaine après l'assassinat apparaissent vite rébarbatifs, ils ne s'avèrent pas non plus très utiles. Cependant le point de vue développé par le film, passant au crible le comportement d'une femme qui ne semblait exister que par les médias est loin d'être inintéressant.

Les difficultés pour la première dame à trouver une place légitime dans la vie mais aussi dans la mort de son mari sont ainsi efficacement mises en évidence. Quant à Natalie Portman, elle est l'atout principal d'un film engoncé dans sa propre construction. Tout simplement impériale, autant dans les reconstitutions de film d'époque (la visite télévisée de la Maison Blanche) que dans sa volontaire démonstration d'une dignité bridée, elle pourrait remporter son deuxième Oscar, si Emma Stone ou Isabelle Huppert ne lui barrent pas la route.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire