Festival de Venise 2019 banniere

INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE

Un film de Roland Emmerich

Toujours plus gros

Sur la base lunaire, un jeune pilote d'engin de transport évite de justesse une catastrophe. Sur Terre les extraterrestres, capturés à l’époque de la première invasion, donnent de nouveaux signes de vie et notre planète se retrouve en alerte, prête à faire usage de son bouclier de satellites de défense qui doit beaucoup à l'appropriation des technologies aliens. Pendant ce temps, les personnes qui ont été en contact avec les aliens rêvent d'un étrange signe. Et si une nouvelle attaque se préparait contre la Terre ?...

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce second volet d’"Independence day" souffre du syndrome de boursouflure. En effet, alors qu'en 1996 le premier film faisait office de pionnier en matière d’effets spéciaux et captivait les foules grâce à son histoire de catastrophe planétaire, que pouvait-on attendre de ce deuxième épisode, alors qu’"Avatar", "Prometheus" et "Terminator 4 : Renaissance" étaient passés par là ? Pas grand chose d'autre qu'un élan vers le toujours plus gros, qui frise malheureusement le ridicule tant les enjeux sont balayés à la va vite les uns après les autres, et qui annoncent du toujours plus gros.

Tout comme le navrant deuxième épisode de "Transformers" agaçait rapidement par son excès de technique digitale, "Independence day : Resurgence" énerve en rendant illisibles quasiment toutes les scènes liées à l'atterrissage du gigantesque vaisseau (plus de 5000 km de diamètre). Destruction massive, effets de foule, envolées de véhicules et d’immeubles pour cause d'inversion gravitationnelle, tsunami et j'en passe : tout est compilé dans un gloubi-boulga d’une dizaine de minutes qui rend d'autant plus indigent le reste du scénario.

Tentant le suspense lié à de mystérieuses inscriptions dont semblent rêver différents personnages (tous liés à la première histoire vingt ans plus tôt), le scénario s'embourbe rapidement entre attaque d’un vaisseau dont on ne sait pas s’il est ami ou ennemi, batailles stériles face au bouclier protecteur déjà utilisé dans le premier épisode et clins d'oeils ridicules inhérents au genre (et si on sauvait encore un chien ? et si l'ancien président reprenait du service...?). Tout est traité par dessus la jambe, des pseudos explications scientifiques aux enjeux humains, les personnages sautant aux conclusions à une vitesse sidérante pour le spectateur.

Reste cependant quelques morceaux de bravoure, comme la poursuite finale, la découverte du bouclier de défense ou les combats à l'intérieur du vaisseau mère. On a cependant à la fois une désagréable impression de déjà-vu, renforcé par la présence inappropriée au premier plan d'acteurs du film original. Quant à l'aspect patriotique, à nouveau utilisé à tour de bras, il fait flop autant que les histoires de rivalité amoureuse entre les deux jeunes pilotes ou celle avec les rebelles africains (sanguinaires, mais en fait tellement gentils quand ils sont en mode défense de l'humanité). Et dire que l'on va avoir droit à un "Independence Day 3".

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire