Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

HOTEL TRANSYLVANIE 2

Une comédie un rien décevante, au rythme toutefois soutenu

Après que sa fille vampire Mavis s’est mariée avec son petit ami humain Johnny, Dracula devient rapidement grand-père. Il souhaite par-dessus tout que son petit-fils soit lui aussi un vampire et surveille avec inquiétude l’arrivée de la date de son cinquième anniversaire avant laquelle ses canines doivent pousser, sans quoi il ne sera sans doute jamais vampire. Aussi, il s'arrange pour que sa fille parte en voyage en Californie avec son mari, histoire de tester pendant ce temps les pouvoirs du gamin...

On avait pris un réel plaisir à découvrir les manigances de ce vampire créateur d’un hôtel pour monstres en tous genres et papa clairement sur-protecteur avec sa fille. On espérait que le miracle de tendresse et d'humour allait se reproduire avec cette suite en forme de road-movie, contant la virée irresponsable d'une bande de créatures loufoques. Et c'est finalement une petite déception qui est au rendez-vous, malgré la qualité d'une animation aussi imaginative dans la variété des monstres proposés que dans les mouvements de caméra impossibles.

Pourtant, certains personnages sont plus développés que dans le premier épisode. On se régalera par exemple du portrait de l'homme invisible mythomane, qui semble s'inventer une petite amie... elle aussi invisible ! Le petit Denis attirera de son côté toute la tendresse des mamans accompagnant leur progéniture au cinéma. Et l'on notera les efforts des traducteurs de la version française pour aligner les trouvailles. Le père, lorsqu'il apprend que sa fille est enceinte, l’appelle « ma chauve chérie » et il aligne les berceuses pour son petit-fils, avec « Promenons-nous dans l'effroi » ou « Ne crève pas Jeannette ».

Les idées amusantes sont aussi légion, avec une forêt des ténèbres réaménagée, une colonie pour vampires, une maison façon Amityville et une critique en arrière-plan de la sur-sécurisation des activités pour enfants. Malheureusement, la virée manque un peu de substance et, une fois les personnages de retour au château et le grand-père Vlad sur les lieux, le soufflé et le rythme retombent un peu. On n'évite alors ni les plaisanteries graveleuses, ni l'inutile chorégraphie finale. La faute à un Adam Sandler qui, cette fois-ci, a co-écrit le scénario en plus de doubler Dracula ? Probablement.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire