Parce qu'on en a jamais assez !

LA GRANDE AVENTURE DE NON-NON

Un film de Matthieu Auvray

De petits personnages fort sympathiques

Trois aventures de Non Non ornithorynque en compagnie de ses amis le crabe, le chien, le lapin, la grenouille et la tortue : du goût apprécié ou non de la glace à la carotte, à l’inondation des terriers de chacun, en passant par le décollage difficile d’une fusée...

Réalisées en images de synthèse, ces trois épisodes des aventures de Non-Non et ses amis à Sous-bois les bains, tente de ressembler à une stop-motion (animation image par image) en pâte à modeler. Les personnages ont ainsi des formes simples, se meuvent de façon saccadé, et les textures des décors (comme la mer et ses stries de surface) semblent travaillés avec des ustensiles. Traversés par un évident message sur l’entraide et l’amitié, ces trois histoires séduisent aussi par un humour légèrement décalé, qui plaira autant aux petits qu’aux grands.

Le recueil s’ouvre avec le très amusant "Non Non et la glace à la carotte", dans lequel Non Non devient VRP pour son ami lapin, qui ne parvient pas à vendre ses glaces aux carottes. Au delà des conséquences ironiques d’un mensonge qui partait d’un bon sentiment, le court métrage se moque gentiment des accoutrements des vendeurs de rue, de la publicité (avec d’amusantes pubs chantées) et enchaîne les jeux de mots aussi faciles que réjouissants (voir la « carottine du sud »).

S’en suit le malicieux "GroCroc mal luné", dans lequel toute la troupe s’évertue à faire croire au chien GroCro qu’il a réussi à faire décoller sa fusée en partance pour la lune. Bourré de petits idées aussi rigolotes qu’absurdes, il s’agit du segment le plus drôle. Enfin, "Déluge à Sous-bois les bains" vient refermer la page, avec quelques aventures épiques et aquatique, le lieu devenant une sorte de « Sous l’eau les bains ». Jouant une nouvelle fois du comique de répétition, avec les apparitions récurrentes d’un mystérieux petit lézard vert (« C’est qui lui ? »), le film parodie aussi des récits légendaires avec énigmes à la clé et discours fédérateur clamé haut et fort. Une conclusion en beauté, un peu moins enfantine que les deux premiers épisodes de cette adaptation d'une collection de livres pour enfants signés Magali Le Huche.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire