GOUTTE D'OR

Un film de Clément Cogitore

Un thriller à l’étrangeté déstabilisante

Ramsès, 35 ans, est voyant dans le quartier de la Goutte d’or, dans le 18e arrondissement de Paris. Manipulateur, aidé par des complices, il parvient à arnaquer de nombreux clients en détresse, avec son prétendu don. Son petit commerce, florissant, fait d’ailleurs de l’ombre à ses concurrents, qu’ils soient issus de communautés africaines, asiatiques ou caucasiennes. Mais l’arrivée de gamins venus de Tanger, violents et prêts à tout pour se faire de l’argent, va déstabiliser le quartier…

Goutte d'Or film movie

"Goutte d’Or" est le second long-métrage de Clément Cogitore, après "Ni le ciel ni la terre", et a été présenté en séance spéciale de la Semaine de la critique, au Festival de Cannes 2022. Situant son action dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris, dans le 18e arrondissement, il s’agit là du portrait d’un faux voyant, dont les premières scènes du film ont l’habileté, grâce à un savant montage, de nous faire découvrir les dessous de son activité. Donnant à voir tout d’abord une séance type de voyance du point de vue du client, puis dans un second temps du point de vue des escrocs, les complicités autour du personnage trouble interprété par Karim Leklou, et les rouages du dispositif, sont ainsi mises à jour.

À partir de ce début passionnant, le réalisateur parvient ensuite à installer une réelle tension, en confrontant toute une communauté à une violence venue de l’extérieur. Une violence provenant d’une bande d’enfants, vivant dans la rue, et qui sont prêts à tout pour le moindre petit gain, voire pour « prendre » ce à quoi ils n’ont jamais eu droit. Avec une caméra instable, s’immisçant dans les recoins d’appartements qui paraissent étriqués, le réalisateur nous plonge dans une pénombre où évoluent toutes ces personnes de l’ombre. Convoquant quelques éléments fantastiques, alors que l’anti-héros a soudain réellement la vision du corps d’un gamin dans des décombres, le métrage nous entraîne ainsi dans ce monde d’agressions quotidiennes qui est celui des enfants, et dans lequel le personnage va se mettre lui-même en danger.

Le scénario possède de réelles qualités, jouant du don pour la manipulation de son personnage principal, pris en étau entre diverses menaces. Entre plans séquences saisissants, passages à la caméra nerveuse, "Goutte d’Or" lorgne du côté de certains polars poisseux, et offre à Karim Leklou un de ses rôles les plus troubles et les plus intenses. En grande partie nocturne, le film s'imprègne d'un quartier en proie à un chaos grandissant, où chacun tente de s’approprier une part du gâteau, ceci quels que soient les moyens. La passionnante trajectoire, en partie rédemptrice, d’un personnage qui va devoir prouver qu’il est bien le plus malin, au risque de se perdre en chemin, et surtout un réalisateur résolument à suivre.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire