Banniere_Festival_Lumiere_2020

FRANKIE

Un film de Ira Sachs

Un portrait nonchalant mais touchant d'une actrice condamnée

Frankie, une célèbre actrice française, possède une maison à Sintra au Portugal. Se sachant condamnée par la maladie, elle décide d’inviter ses proches et des personnes qui ont compté à passer quelques jours auprès d’elle…

Frankie film image

Ira Sachs, réalisateur américain des émouvants "Keep the Lights on" et "Brooklyn Village" est plutôt un habitué des situations très intimistes, dans lesquels il sait, au travers de ses scénarios, faire exister la différence de vue sur l’existence, le conflit lié aux origines ou aux écarts sociaux, ainsi que les motivations intérieures de ses personnages. Avec "Frankie", du nom de son héroïne, il a pourtant cette fois-ci du mal à faire exister ses différents personnages, gravitant tous autour de cette actrice malade, qui les a invités au Portugal, à Sintra.

Ventant les lieux comme étant l'un des plus beaux endroits au monde, il aligne les longues balades groupant divers personnages, chacun en profitant pour échanger sur différents enjeux intimes (maladie, héritage, mariage...), sans pour autant paradoxalement trop magnifier l’endroit. Concentrant ses scènes sur des sous-bois et autres sentiers, il rend finalement très peu hommage aux paysages ou à la ville, restant sur les interactions entre ses personnages.

Même si l’actrice paraît particulièrement à l’écoute des autres, elle semble aussi préparer l’après, une fois qu’elle aura disparu, commençant à se détacher de ses biens, et jouant gentiment les entremetteuses. Malgré tout, le scénario apparaît vite comme un agglomérat de problèmes bourgeois, tournant principalement autour de l'argent et de la famille, même si quelques éléments (comme la légende de la frontière locale) viennent apporter un peu de poésie, au sein d’un récit qui a du mal à être réellement nostalgique.

Côté interprètes, si Isabelle Huppert s'en sort très bien, alliant distance et complicité, calme apparent et inquiétude viscérale, ce n'est cependant pas son rôle qui émeut le plus. Marisa Tomei trouve en effet ici un joli rôle à sa mesure, coincée entre plusieurs hommes dont elle n'attend pas forcément grand chose. Un peu décevant, "Frankie" est donc au final une chronique bourgeoise bucolique, mais sans grande âme.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire