Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

FRAGILE(S)

Un film de Martin Valente

Soyons optimistes

Six personnages vont se croiser, se réunir, s'abandonner, se retrouver alors que rien ne les prédisposait à se rencontrer: Sara, qui vient de perdre son emploi se retrouve en week-end au Portugal avec sa copine Isa. Paul dont le dernier film n'est pas franchement une réussite se rend malgré lui à un festival à Lisbonne. Yves est pharmacien et vit seul, ce matin un chien a décidé de le suivre de partout. Nina, musicienne profite d'une tournée pour aller voir son fils de 7 ans qu'elle n'a pas vu depuis des mois. Vince, inspecteur de police se rend tous les jours à l'hôpital au chevet de sa compagne dans le coma. Hélène ne supporte pas l'idée d'être grand-mère et doit s'occuper ces jours-ci de son petit-fils Ross...

C'est ce que semble nous dire Martin Valente! Pourtant avec un titre pareil fragile(s) , on ne peut franchement pas dire que le film s'annonçait comme léger... Pourtant le réalisateur s'amuse à jouer sur l'ambivalence de ses personnages: Nina (Marie Gillain)qui se drogue régulièrement, parvient à rester enjouée et spontannée quand elle croise la route d'Yves; Paul (François Berléand) qui est déçu par la réaction du public face à son nouveau film se fait poursuivre par sa poubelle et se met au portugais malgré lui; Hélène( Caroline Cellier) qui se décide enfin à reprendre sa carrière d'actrice se fait envoyer sur les roses et c'est son petit fils qui est choisi à sa place; Yves le triste pharmacien (Jean-Pierre Daroussin)qui vit seul est suivi par un chien jaune, Sara (Sara Martins)se fait renvoyer de la piscine... parce qu'elle a assomé une vieille dame sans faire exprès, Vince(Jacques Gamblin)apprend la guitare au chevet de sa compagne...

Le réalisateur nous dit à travers ce film où la fragilité relie tous les personnages que la vie est beaucoup plus drôle que les gens... Malgré certains clichés et des situations récurrentes (tous les personnages se cassent la figure au moins une fois dans le film), Martin Valente fait prendre du recul à ceux-ci, ce qui les rend cocasses! Il signe ici son deuxième long métrage après "Les amateurs", avec cette fois un casting de qualité et que l'on peut qualifier de film choral intelligent!

Laëtitia LangueEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire