Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

ESSAYE MOI

Une très belle fable romantique, drôle et fraîche

Quand il avait 9 ans Yves-Marie était amoureux de Jacqueline. Il lui proposa un soir de l'épouser, mais elle n'acceptera qu'à une condition : qu'il aille dans les étoiles ! Alors une vingtaine d'années plus tard, Yves-Marie, devenu cosmonaute, va voir sa belle afin de se marier avec elle. Mais la belle avait prévu autre chose…

Le thème de la conquête de l'espace n'est ici que prétexte au défi qu'a relevé ce héros pour les doux yeux de sa belle (ce film n'a rien à voir avec ‘Un ticket pour l'espace' sorti en salle un mois auparavant). Le fond de l'histoire est la rencontre de 2 êtres qui se sont côtoyés, que le temps a éloigné, et qui vont se retrouver. Face à un « fiancé » à la naïveté touchante, Jacqueline, magnifiquement interprétée par Julie Depardieu, devra gérer quiproquos et situations cocasses dans lesquelles le mettra son amoureux du passé. Loin de tomber dans le burlesque, cette comédie a ce petit quelque chose de frais, qui fait que l'on sort enchanté et complètement charmé par son personnage central.

On a tous des rêves. Dans le cas d'Yves-Marie, ce rêve portait le prénom d'une jeune femme. A ses yeux rien n'était insurmontable, et pour décrocher la main de sa belle, il a décroché les étoiles ! Il ne faut surtout pas voir en Pef, un Peter Pan, car il n'est qu'un homme qui a grandi en cultivant un rêve et fera tout ce qui est en son pouvoir pour le voir se réaliser. Si on a tous quelque chose qui nous fait avancer dans la vie, lui c'est Jacqueline, et il nous donne ici une belle leçon de détermination et persévérance.

Pour accompagner Pierre-François Martin-Laval (Pef), Julie Depardieu, qui enfin n'est pas utilisé dans un énième rôle de nunuche, comme elle l'a souvent été. Elle interprète une jeune femme moderne, qui a les pieds sur terre et subi avec le plus grand étonnement les avances de cet original. On retrouve également Pierre Richard, acteur qui se fait de plus en plus rare à l'écran, qui interprète ici un père capable des pires folies pour son fils chéri. Il est évident qu'il le materne, mais surtout qu'il est conscient de l'excentricité de la demande de son fils, malgré ses intentions qui sont aussi pures que son coeur.

On retrouve dans ce film le personnage de Pef (des Robins des bois), un clown au cœur gros comme ça. ON y trouva aussi une poésie assez rare de nos jours dans les comédies françaises qui nous sont proposées. Essaye-moi s'adresse donc à tout public, jeune et moins jeune, fan des Robins ou non. Oui, on retrouve des bouts de l'univers de Pef, mais ce n'est pas que cela, et heureusement. C'est des histoires comme on aimerait en voir plus, fraîches, drôles et tout simplement belles…constituant un pur plaisir. A voir et revoir.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire