Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

ÉPOUSE-MOI MON POTE

Y’en a marre des clichés gays qui datent du siècle dernier

Un jeune marocain fait ses études en France grâce à un visa étudiant. Malheureusement, il échoue à son examen après une fête un peu trop arrosée. Il tombe ainsi en situation irrégulière et risque l’expulsion. Il fait alors le choix du mariage blanc pour rester sur le territoire français. Mais la mariée qui accepte le marché n’est autre que son meilleur ami…

Tarek Boudali et Philippe Lacheau ne se lâchent plus. La paire, qui a sévi dans la série des "Babysitting" et dernièrement dans "Alibi.com", échange le rôle du réalisateur. C’est donc Tarek Boudali qui passe derrière la caméra pour un film qu’il a également lui-même scénarisé. En revanche, c’est toujours la même ligne de conduite : on reste dans la bouffonnerie de base sur le thème de l’amitié comme point de départ et qui dévie cette fois-ci sur le mariage pour tous avec deux hétérosexuels qui doivent se faire passer pour un couple homo.

Tarek Boudali pose la question de savoir jusqu’où nous pourrions aller pour aider un ami dans le besoin, ici un ami sans papiers. Sauf qu’en mélangeant "La Cage aux folles" et "Green Card" Tarek Boudali accouche d’une farce sexiste et raciste, sans compter l'utilisation abusive des clichés gays qui plombent le film. Le manque d'habilité avec laquelle la communauté homo est représentée ainsi que le manque de finesse sur le mariage gay sont condamnables. Le réalisateur est constamment sur le fil du rasoir avec ses blagues politiquement incorrectes et ses clichés gays vieux du siècle dernier. Croit-il que cela va dynamiser son scénario ? Certainement mais c’est peine perdue. On est davantage mal à l’aise pour Tarek Boudali, un jeune qui s’adresse aux jeunes, et qui n’a pas une once d’intelligence à utiliser plus habilement certains stéréotypes gays. Les situations insolentes, trashs et potaches méritent-elles vraiment d’arriver aux yeux d’un jeune public prêt à rire (se moquer) de tout ? On ne félicitera pas Tarek Boudali qui avait la possibilité avec un tel sujet de plaider la cause gay et qui finalement ne défend jamais le respect de l'identité sexuelle. En plus, de nombreuses blagues sont découvertes dès le début du film, sans aucune surprise à la clé.

Une consolation ? Le film permet tout de même à David Marsais du Palmashow (cette fois-ci sans son compère) de façonner un personnage assez intense ! Ce dernier se fond parfaitement dans cette comédie ultra-populaire qui tombe malheureusement dans l’humour impudent et lourd. "Épouse-moi mon pote" n’est rien d’autre qu’un film loufoque, sans aucune finesse, qui se saisit d’un sujet moderne mais le traite avec des idées (et des clichés) d’un autre temps. On a juste envie de leur dire de prendre de la hauteur et de grandir…

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire