Parce qu'on en a jamais assez !

DES VENTS CONTRAIRES

Un film de Jalil Lespert

Après une dure épreuve

Alors que sa femme disparaît subitement, la vie de Paul et celles de ses deux enfants basculent. Rongé par la culpabilité et le doute, il décide finalement, après un an de recherches infructueuses, de partir pour St Malo, la ville où il a grandi. Alors qu'il pense prendre un nouveau départ aux côtés de ses proches, il enchaîne les mésaventures et voit sa nouvelle vie prendre un tournant auquel il ne s'attendait pas...

Adapté du roman d'Olivier Adam, « Des vents contraires » est le deuxième film de Jalil Lespert. L'histoire, pour le moins touchante, nous tient en haleine tout au long du film, et ce malgré quelques longueurs. Parfois dur dans les émotions, ce film n'est pas à conseiller aux âmes hyper sensibles. Certains passages sont toutefois amusants, et heureusement car l'aspect dramatique est parfois trop appuyé et les séquences plus drôles permettent de relâcher la pression.

Au-delà du mélodrame, « Des vents contraires » fait un focus sur la famille: ses joies, ses peines, ses souvenirs... Tout tourne autour de la reconstruction de soi après un drame. Comment rebondir après une dure épreuve ? Tout est décrit précisément. Toutes les émotions sont travaillées et soulignées grâce au jeu des acteurs. Des acteurs qui aident à l'intrigue, il faut l'avouer. Car sans eux le film serait sûrement un peu fade.

« Des vents contraires » offre en effet un casting plutôt intéressant avec des acteurs comme Benoît Magimel, Audrey Tautou, Antoine Duléry et même Ramzy Bedia. Benoît Magimel, qui avait déjà joué pour Jalil lespert dans « 24 mesures », joue ici le rôle de Paul. Son interprétation du père complètement dépassé, complètement perdu, est assez réussie. Il est en effet plutôt convaincant et semble justement un peu lisse voire un peu absent. En revanche, le côté artiste torturé du personnage qu'il interprète peut parfois agacer. Benoît Magimel donne dans ce domaine l'impression d'en faire un peu trop, de ne pas être sincère. Ramzy Bedia lui, se voit offrir un rôle plus profond qu'à son habitude, ce qui n'est pas pour déplaire. Mais les plus méritants du film restent tout de même les enfants. Pour cause, ils tiennent des rôles qui ne sont pas évidents et les interprètent brillamment.

Porté sur une histoire de famille, « Des vents contraires » est plutôt à conseiller à un public adulte. Émouvant forcément le spectateur malgré quelques longueurs, le film n'en reste pas moins fort et sincère. En cela le nouveau film de Jalil Lespert est donc une assez bonne réussite qui parvient à captiver le public, du début à la fin.

Coralie AgnimelEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire