Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

DARLING

2ème avis - Une femme meurtrie, mais en vie

Darling n'a pas la vie facile, ceci depuis toujours. Malgré tout ce qui lui arrive, elle ne se pose pas en victime et ne s'apitoie pas sur son sort. Son histoire ainsi que son parcours témoignent d'une rage de vivre envers et contre tout. Darling souhaite rester digne,séduisante et quelque fois on la trouve effrontée, naïve, instinctive et courageuse...

Si l’histoire même de Darling est bouleversante, l’émotion du spectateur en devient insupportable avec un jeu des acteurs porté à merveille par toute une équipe. Marina Foïs sait dégager avec sensibilité le paradoxe entre la fragilité d’une femme à la naïveté déroutante et une fervente volonté de toujours aller de l’avant. Elle retranscrit les tourments de cette femme brisée avec une humilité et une sincérité plus que touchantes, sans non plus s’apitoyer sur le sort de son personnage, rendant ainsi le film humain et vrai.

De son côté, Guillaume Canet dresse avec exactitude le portrait d’un homme exécrable et profondément malade. La complexité de ce personnage se lit clairement dans les regards et les gestes de ce Joel Epine alias « Roméo », qui nous surprend tout au long du film et n’a de cesse de nous décevoir par ses agissements. Grâce à une réalisation à l’esthétique crue et pragmatique, Christine Carrière nous livre un témoignage touchant, brutal, où la réalité de la vie se confronte à l’espoir et l’innocence d’une femme, Darling, usée et meurtrie.

Clara Corman 1ereL1
Clarisse Van Kote 1ereL1

Lycée Saint-ExupéryEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire