Banniere_Festival_Lumiere_2020

DAREDEVIL

Un film de super-héros pour adulte, innachevé

Le jeune Matt Murdock aveugle suite à un accident, à développer des pouvoirs étranges après cette accident. Alors qu’il est devenu avocat, il va se servir de ces pouvoirs afin de l’aider dans sa quête de justice en prenant l’identité du super-héros DAREDEVIL. Mais le mal rode sous la forme du caïd et de son acolyte le tireur. Seule sa rencontre avec la belle ELEKTRA l’extraira un temps de ce monde de haine et de vengeance…

Surfant sur la vague actuelle des films de super-héros Daredevil sort peut-être un peu en retard sur ses congénères que sont BLADE, X-MEN et surtout SPIDER-MAN. Car il alterne le bon et le mauvais mais surtout il n'innove pas dans le traitement du personnage et de son univers.

D'entrée on passera sur des choix de casting pour le moins étrange surtout pour les vilains. De voir un CAID jeune, noir et musclé à la rigueur passe encore( alors que celui de la BD était vieux blanc et relativement gros). De voir un tireur plus proche d'un Joker, le sourire en moins, alors que celui de papier se présentait comme un psychotique de premier ordre, à plus tendance à faire rire qu'à faire peur. Ça fait quelque peu désordre dans un film théoriquement sombre.

Mais le principal soucis vient des inspirations, des influences du réalisateur. Car pour coller au effet à la mode et à la réussite visuel de Spider-man, il permet à Daredevil de sauter comme un cabris d'immeuble en immeuble alors qu'il est censé n'être qu'un humain avec des sens améliorés. En plus il nous ressort quasiment les mêmes effets visuels que dans les 4 derniers films de super-héros sortis précédemment, en négligeant les caractéristiques des personnages et notamment la belle et ténébreuse Elektra qui n'apparaît dans son costume que lors d'une très courte scène.

Alors maintenant pour quelqu'un qui ne connaît rien à l'univers de Daredevil, on peut mettre au crédit du réalisateur le coté sombre et parfois angoissant du personnage principal dont le vœu de justice cache un malaise profond et qui semble le torturer, surtout au retour de ses nuits de chasses. Même sans être trop violent, ni spectaculaire, Daredevil se positionne comme un super-héros pour adulte par ce coté sombre et l'ambiance qui se dégage des décors.

Car au delà des effets spéciaux il faut bien signaler l'esprit gothique qui suinte des décors du films rendant encore plus diable un personnage dont le costume oscille du rouge de l'enfer au noir passe partout. Alors Daredevil est loin d'être la nouvelle référence du film de super-héros mais reste néanmoins sympathique par son coté adulte et ses quelques scènes typiquement Marveliennes. Pour les fans il ne reste plus qu'à attendre X-MEN 2 et surtout le HULK de Ang Lee.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire