Parce qu'on en a jamais assez !

CRAWL

Un film de

Brasse coulée

Un jeune homme se fait renvoyer pour avoir emprunté le bateau de clients pour aller pécher. Habitant toujours chez son père, il accepte le travail que lui propose son beau frère dans une poissonnerie où travaille sa nouvelle petite amie...

Avec son premier long métrage, Hervé Lasgouttes a reçu le Prix Label Europa cinema au dernier Festival de Venise, trouvant ainsi le chemin des salles art et essais européennes quelques mois plus tard. L'action se situe en Bretagne, dépeignant les relations complexes entre un jeune homme, sa sœur infirmière, et son père, tous reliés par l'activité de la pèche. Se faisant régulièrement virer de ses nouveaux boulots, Martin va aller d'ennui en ennui et n'accepte pas le fait que sa copine soit tombée enceinte. Sa sœur, 40 ans, elle aussi attend un enfant, et c'est son mari qui ne voit pas la chose d’un bon œil.

Le parallèle entre les deux maternités permet rapidement de mettre en lumière le comportement irresponsable des hommes, qui trichent dans leur boulot (le beau frère emploie Martin au noir sur un chantier, lui, braconne sous les filets à huitres...) et que leur incapacité à assumer leurs actes, comme à gérer le long terme pourraient amener à tout perdre. Porté par une troupe d'acteurs engagés, que ne renieraient pas les frères Dardenne, ce petit film offre ponctuellement des moments aériens, aidé en cela par une musique adéquate, comme pour mieux permettre à ses personnages et au spectateur de sortir la tête de l'eau.

Il réussit tout de même à émouvoir, sans pour autant faire preuve d'une grande originalité de scénario, rappelant des contextes racontés mille fois chez Ken Loach ou autre. Seule l'omniprésence de la mer donne au métrage un certain caractère, le film éclairant sur la récolte des couteaux (à forts renforts de sel...) ou le braconnage des huitres, et décrivant l'attachement à un milieu et une profession entre crises et restructuration. « Crawl » s'inscrit donc discrètement dans une mouvance du film social déjà fortement usitée, par rapport à laquelle on espère que le prometteur Hervé Lasgouttes saura prendre un peu de distance, en affirmant son identité avec son deuxième film.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire