Parce qu'on en a jamais assez !

CHASSEURS DE DRAGONS

Quand les français se lâchent

Alors que son royaume est menacé par le « Bouffe mondes », redoutable dragon, la fille du Seigneur Arnold, Zoé, tente de débaucher une équipe de chasseurs de dragons : Guizdo et Lian Chu, affublés de leur « chien » bleu Hector…

« Chasseurs de dragons » est une vraie réussite, un pari fou et surprenant de l’animation française, qui, enfin désinhibée, se lâche autant au niveau action, fantaisie que décors. Adapté de la série télé animée du même nom, cette aventure pour héros usurpateurs et pas très courageux, manipulés par une fillette qui sait mener les hommes par le bout du nez, vaut à la fois par sa galerie de personnages fantaisistes, que par ses décors, sublimes. D’un côté, la fine équipe, trio d’infortune, fait plaisir à voir, du lâche cerveaux Guizdo, au tout en muscle Lian Chu, en passant par l’indéfinissable Hector, sorte de « chien » bleu, limite dragon, qui aime manger des saucisses, et jouer les statues pour éviter les méchants démons. Il est la caution comique de l’histoire, avec le chevalier toqué, et réussit à faire rire sans peine petits comme grands.

D’un autre côté, le périple de cette maladroite équipe (voire l’impressionnante scène d’ouverture, où ils massacrent des plantations), accompagnée de la petite blonde Zoé, nous offre une incursion dans des mondes incroyables, dans lesquels les batailles qu’ils mènent sont incroyablement orchestrées. Et même si le scénario reste assez simple, le plaisir visuel que procure la découverte de chacun des univers traversés, souvent torturés et ne répondant à aucune logique physique, vaut à lui seul le déplacement. Ajoutez à cela une musique aérienne des plus planantes, et vous aurez toutes les raisons de flirter avec les mystérieuses contrées de « Chasseurs de dragons ».

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire