Banniere_Festival_Lumiere_2020

CHAINED

Un film de Yaron Shani

Portrait d’un sourd

Rashi est policier à Tel Aviv. Son quotidien est fait de violences domestiques, de contrôle de junkie ou dealers, et de faits divers lugubres. À la maison, il s’inquiète pour sa compagne, Avigail, qui ne parvient pas à avoir un nouvel enfant, et pour la fille de celle-ci, âgée de13 ans, qui sort tard le soir avec ses potes. Et il compte bien faire respecter son autorité…

Chained film image

Faisant partie d’un diptyque, ce premier volet, précédant "Beloved" (qui sortira une semaine plus tard sur les écrans), se place du côté masculin des événements, l’auteur suivant à la trace, dans un style quasiment documentaire par moments, ce flic consciencieux, désireux d’être père de famille, et en permanence persuadé de prendre toujours les bonnes décisions. Nous plongeant en quelques scènes dans le quotidien de son rude métier, entre violences familiales, fouille de jeunes séchant les cours, enfants défenestrés, le film met en évidence les mensonges auxquels il se trouve confronté, jusque dans l’accusation dont il va faire lui-même l’objet, devenant suspect pour ses confrères des affaires internes.

Réalisateur de "Ajami", il y a une dizaine d’années, Yaron Shani s’était quelque peu fait oublier depuis. Il revient ici en force avec un film viscéral, dont les coups de poings réguliers finissent par terrasser un spectateur mis lui aussi face aux excès d’autorité d’un homme qui n’écoute pas et ne peut donc appeler à l’aide en retour. Maîtrisant parfaitement les montées en tension (un engueulade avec Yasmine, la fille de sa compagne, un interrogatoire tendu...), il donne à voir les points de blocages entre l’ordre et la liberté, comme les étroites limites entre prudence et paranoïa, ou entre attention et contrôle. Porté par un acteur principal imposant, Eran Naim, "Chained", passé par la section Panorama du Festival de Berlin en 2019, est une œuvre éprouvante qui questionne avec justesse la communication dans la famille, comme au sein de la société, tout en usant habilement de multiples sens du terme « enchaîné(e) », qu’il prend pour titre.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire