AJAMI

Un film de Scandar Copti et Yaron Shani

Tensions, violences, revanches

Ajami est un quartier de Jaffa, ville arabe avalée par la métropole de Tel-Aviv. C’est un lieu submergé par les tensions où cohabitent juifs, musulmans et chrétiens. Le jeune Nasri nous conte l’incident qui obligera sa famille à vivre dans la peur. Pour une sombre histoire de gangs, les membres d'une des familles les plus puissantes du Sud de Jaffa cherche ainsi à venger la mort d’un des leurs, tué par l’oncle de Nasri. C’est du coup toute la famille qui est en danger. Un arrangement est vite trouvé, mais pour cela, le grand frère de Nasri va devoir payer…

Au-delà de la polémique que l’un des coréalisateurs a suscitée aux Oscars, lors de la nomination du film dans la catégorie des meilleurs films étrangers, il est regrettable qu’ "Ajami" n’ai pas bénéficié d’une meilleure publicité. Des cinq films sélectionnés, il s’agissait de l’un des trois, avec "Dans ses yeux" et "Un Prophète", qui aurait pu repartir avec une statuette, ceci en toute légitimité.

"Ajami" est un œuvre puissante qui assomme. Les premières séquences présentent une violence sourde, inattendue, retranscrivant parfaitement toute l’instabilité et le danger qui caractérisent les territoires israélo-palestiniens. Un mot, un geste, un drame et finalement, des larmes. La mise en scène fait ressortir la tension palpable à chaque altercation. Dans ce quartier cosmopolite, les multiples allégeances et le communautarisme exacerbé ne font que mettre le feu à cette poudrière, déjà attisée par les embrouilles liées aux deals de drogues et autres trafiques. Les réalisateurs parviennent à rendre cette société au bord de l’implosion avec une crédibilité qui fait froid dans le dos et font d’Ajami, le décor parfait pour leur thriller/polar. Car même si le film évoque ces problèmes culturels, "Ajami" n’est pas un film à vocation sociale pour autant. Aucun parti-pris pour tel ou tel ou camps n’est visible. Cette dimension n’est là que pour appuyer le caractère d’urgence d’une intrigue somme toute assez complexe.

Adoptant une approche linéaire aux premiers abords, le récit se complexifie dès le découpage en chapitre qui suit chacun des cinq principaux protagonistes. Très rapidement, "Ajami" rappelle le chef d’œuvre d’Inarritu, "Amours Chiennes", dans son rapport à la violence et dans la déconstruction du récit. Sans pour autant atteindre la puissance du premier film du cinéaste mexicain, les réalisateurs israélo-palestiniens adoptent un style qui n’a rien à envier à ce dernier. Le montage est brillant. Les éléments s’enchainent et se dévoilent au compte goutte dans un rythme écrasant et la mise en scène illumine par une écriture déjà impeccable. Les acteurs ont beau être novices, ils sont toujours criants de sincérité. Bref, sur le fond comme sur la forme, on tient là une sacrée réussite.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire