BELFAST

Un film de Kenneth Branagh

Un film magnifique, à la fois touchant et intelligent

La vie d’une famille modeste dans le Belfast des années 1960, alors en proie aux émeutes…

Belfast film movie

Particulièrement apprécié au festival du film de Londres où il a reçu une standing ovation, "Belfast", écrit et réalisé par le très shakespearien mais pas moins hétéroclite Kenneth Branagh ("Beaucoup de bruit pour rien", "Hamlet", "Cendrillon", "Frankenstein"...), nous raconte la vie quotidienne d’une famille modeste de la capitale nord-irlandaise alors en plein conflit civile.

Pour ce récit fort en émotion, Branagh s’est replongé dans les souvenirs de sa petite enfance, étant lui-même originaire de Belfast, évoquant ainsi un certain "Roma" d’Alfonso Cuaron. Au vu de contexte social, on pourrait s’attendre à ce que le récit soit centré sur les conflits nord irlandais et empreint d’une certaine lourdeur émotionnelle (comme "Roma" justement), d’autant plus que le film s’ouvre sur une attaque des indépendantistes particulièrement intense. Mais si l’atmosphère tendue de ce qui fut appelé « the Troubles » reste perceptible tout du long du film, Kenneth Branagh ne s’attarde finalement pas tant que ça dessus. En effet, par son choix de suivre le point de vue d’un enfant de 5 ans, Kenneth Branagh préfère dépeindre la vie quotidienne de l’époque, nous offrant plus une fenêtre sur le Belfast des années soixante qu’un film avec un récit construit de manière classique.

Suivre un enfant de 5 ans qui vit ces évènements mais n’en saisit pas forcément toutes les nuances, lui permet également d'insuffler une agréable légèreté à travers l’innocence de l’enfance. Le film avance donc en jonglant en permanence entre les différentes émotions avec une habileté déconcertante. De la tension des émeutes à l’émerveillement de l’enfant, en passant par le drame familial, des intrigues amoureuses touchantes à hauteur d’enfant, et un humour malicieux grâce aux personnages des grands-parents.

Concernant la mise en scène et la réalisation, "Belfast" nous offre un visuel très léché en se rapprochant d’un certain classicisme. Branagh utilise donc plutôt des plans fixes, mais parfaitement composés, tels des tableaux. Le cadre n’est pas seulement pensé en termes d’efficacité, il est aussi pensé comme un outil narratif. En effet, le positionnement des personnages dans l’image sera régulièrement utilisé pour illustrer les jeux d’influences et de dominations. Dans le même style, on notera également l’utilisation de surcadrage (des cadres dans le cadre), pour représenter l’isolement ou la séparation. A la composition s’ajoute aussi une photographie magnifique avec un noir et blanc tout en subtilité, jouant avec l’éclairage, les séquences de conversations secrètes entre les parents étant éclairées sombrement, là où les séquence de jeux dans le quartier, donc la vie publique, sont franchement exposées. Autre idée de mise en scène avec la photographie, l’utilisation de la couleur lorsque les personnages vont au cinéma ou au théâtre, symbolisant ainsi tout le merveilleux que pouvait ressentir le jeune Kenneth Branagh lorsque lui-même allait dans les salles de théâtre avant que cela n’en devienne sa vocation.

Enfin, cerise sur le gâteau, les acteurs livrent une excellente prestation, y compris les plus jeunes qui, si parfois sur-articulent un peu trop, ont au moins l’avantage d’avoir des mimiques assez impressionnantes. On retiendra surtout les prestations de Caitríona Balfe qui joue la mère, et du couple formé par Judi Dench et Ciarán Hinds en grand parents un peu gâteux mais très touchants et drôles, que ce soit par leur disputes de vieux couple ou par les conseils de drague du grand père auprès du jeune enfant.

Pour résumer, si le dernier long métrage de Kenneth Branagh rappelle beaucoup celui d’Alfonso Cuaron, on sent tout de même que le film est le résultat d’un processus créatif bien personnel, avec un rendu drôle et touchant grâce à un angle d’attaque permettant une véritable valse d’émotions. Une grande réussite.

Ray LamajEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire