Parce qu'on en a jamais assez !

BECOMING FATHER

Un film de Tetsuya Mariko

Le poids de la paternité

Employé lambda dans une entreprise de papeterie, Miyamoto est un jeune garçon timide et naïf, jusqu’à ce qu’il tombe amoureux de Yasuko. Entre un ex-petit ami toxique et un rugbyman encombrant, Miyamoto doit faire face à la violence humaine et y cède lui aussi pour trouver sa place et satisfaire son désir de vengeance. Le prix du sang et de la vie pourront-ils lui garantir de retrouver Yasuko et sa place de père ?

Becoming Father film movie

Tiré d’un manga d’Hideki Arai, ce film est une nouvelle claque cinématographique comme on en avait pas reçue depuis "Parasite" de Bong Joon-ho. Même s’il est complexe d’égaler un tel chef d’œuvre, "Becoming Father" a su recréer une noirceur progressive et rampante qui envahit l’écran par la violence. Partant de la fin du film avec le visage ensanglanté de Miyamoto, c’est par un système de flash-back à la "Memento" que le spectateur parvient à reconstruire comment le drame s’est produit, comment on peut en arriver là.

Malgré la place croissante qu’occupe Yasuko, l’intrigue s’intéresse surtout à l’itinéraire de Miyamoto, notamment dans son appropriation de la parentalité. Comme souvent au cinéma, tout part d’une promesse : celle de protéger sa femme et, par elle, son foyer… C’est dans le combat, le sang et les larmes que Miyamoto croît pouvoir tenir son engagement, laver son honneur et reconquérir Yasuko. Le poids de la responsabilité maritale et parentale transforme tout le film en une sorte de huis clos terrifiant où extérieur comme intérieur, deviennent des lieux d’insécurité et de violence.

La rapidité dans le déroulement du film et le montage en flash-back ne laissent pas de place à l’ennui. Le spectateur ne cesse de chercher à reconstituer le puzzle pour trouver la cause de toute cette fureur. Qui a commencé ? Un film est très violent qui comporte de nombreuses scènes explicites, à déconseiller donc sans doute aux publics trop sensibles.

Rédacteur également membre du LYF

Adam GrassotEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire