Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

ARGENTINA

Un film de Carlos Saura

Un huis clos musical

Carlos Saura nous propose un voyage au cœur de l'Argentine. Non pas par ses paysages fantastiques mais par sa culture du chant, de la musique et de la danse. De la zamba jusqu'aux chants traditionnels des indiens Mapuché, ce documentaire retrace l'histoire musicale argentine dans toute sa diversité…

Ce documentaire du maître espagnol Carlos Saura nous met dans l'ambiance dès son commencement. Nous sommes dans un studio de Buenos Aires, les stores se ferment, les lumières s'allument et la caméra se met à tourner, nous sommes partis pour un huis clos d'1h30 au cœur de l'Argentine, et ce, sans sortir une seule fois de ce studio. En effet, le réalisateur a choisi de sublimer ce pays en se plongeant dans sa culture, et non pas par la beauté de ses paysages, comme on a pu le voir des dizaines de fois. Carlos Saura arrive à nous faire voyager par le biais de la musique. Comme il l'a lui-même expliqué, ce film forme « une carte musicale variée comme la carnavalito, la zamba, la chacarera, la copla, le chamamé, la tonada ».

Un beau programme, et qui fonctionne ! Les scènes se suivent de manière fluide et sont guidées par une réalisation discrète et subtile s'appuyant sur des jeux de miroirs pour nous fournir des effets visuels du plus bel effet. De plus, les musiciens et les chanteurs sont la plupart du temps accompagnés par des danseurs qui viennent par leur corps retranscrire la musique d'une manière plus visuelle tout en rendant hommage aux différents styles de danses que l'Argentine a pu nous apporter.

C'est le ballet Nuevo Arte Nativo de Buenos Aires qui s'est chargé de mettre en mouvement les différents moments musicaux du film. Et on peut dire que leurs interprétations sont superbes et ne sont d'ailleurs pas sans rappeler certains passages du film de Wim Wenders "Pina". Leur maîtrise des différents genres de danse est impressionnante, au point qu'il est difficile de se retenir d'applaudir à la fin de chaque chorégraphie tant ils nous emportent avec eux le temps d'une mélodie. Des chansons variées qui vont d'ailleurs des traditions ancestrales des indiens Mapuché et leurs tambours jusqu'aux œuvres engagées de Atahualpa Yupanqui, qui s'exila en France dans les années 50 et devint un ami de Louis Aragon. C'est sa chanson Preguntitas Sobre Dios que l'on retrouve sobrement lors d'une séquence hommage.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul grand nom de la musique argentine qui a le droit à cette mise en lumière. En effet, lors d'une scène tournée avec une classe de jeunes argentins, on découvre (ou redécouvre) la grande Mercedes Sosa et sa très belle chanson Todo Cambia. Ce documentaire musical, comme l'appelle Carlos Saura, est donc des plus complets. On ressort le cœur plein d'Argentine, de chansons et de musique. On découvre de la plus belle des manières une culture riche par sa diversité et la qualité de ses artistes, qu'ils soient musiciens ou danseurs. Une véritable bouffée d'air en ce début d'année un peu morose.

Quentin ChirolEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire