Festival de Venise 2019 banniere

ALIBI.COM

Un film de Philippe Lacheau

On va voir Alibi.com ? J’peux pas, j’ai piscine !

Greg est gérant d’une société pas comme les autres : il crée des alibis pour ses clients afin de leur permettre de vivre une double vie pépère le temps d’une soirée ou d’un week-end. Un jour, son chemin croise celui de Flo avec qui il entame une belle histoire d’amour mais à qui il cache ses activités professionnelles puisque la belle déteste les menteurs. Il va devoir redoubler d’efforts lorsque Gérard, son futur beau-père, vient lui demander de lui inventer un déplacement professionnel alors qu’il a rendez-vous avec sa maîtresse…

Revoici le cinéma de Philippe Lacheau, tout jeune scénariste et réalisateur de la série à succès "Babysitting", vu par certains comme la relève de la comédie populaire quand d’autres n’y perçoivent qu’un pilleur d’idées des meilleurs teen movies à succès étrangers. Le débat mériterait encore que l’on s’y attarde avec cette nouvelle production. D’un côté, louons de bonnes idées de scénario, ne serait-ce que le postulat de départ qui place un personnage dépourvu de toute morale aidant des hommes et des femmes à tromper leur conjoint ou à masquer la vérité d’une situation, et qui tombe amoureux d’une fille à qui il est obligé, là encore, de mentir sur son métier et d’aider le père de la belle à passer un week-end avec sa maîtresse alors qu’il a annoncé à sa famille qu’il devait travailler. Un personnage de salaud amené à revoir ses jugements pour sauver la morale et son couple ?

Pas forcément, car l’autre bonne idée d’écriture est de faire de ce salaud par excellence un personnage qui ne va jamais s’efforcer de réparer les dommages qu’il cause, tombant dans l’effet inverse et allant de mal en pis, réparant chaque mensonge par un encore plus gros ! Mais voilà le premier problème : les situations qui s’accumulent les unes après les autres n’ont rien de très original, le spectateur se sentant immergé dans une succession de parodies de scènes déjà vues ailleurs : le chien de "Mary à tout prix", le narcoleptique de "Narco", la course poursuite de "Taxi", la bimbo écervelée des films de ZAZ, les disputes pour l’amitié dans "Le Talent de mes amis"… Et ça ne s’arrête jamais. Une bonne idée pour une dizaine de copiées par-ci par-là, si ce n’est pas mentir c’est quand même masquer la vérité.

D’ailleurs, Lacheau s’autopille lui-même ! Il réalise avec une impression de déjà-vu un film de famille/amis où on retrouve ses meilleurs potes (Julien Arruti, Tarek Boudali) et sa petite copine (Elodie Fontan). On prend les mêmes et on recommence ! Une maxime qui sied tellement bien à l'humour qui a fait le succès de "Babysitting 2" et qui est recyclé ici : l’animal running-gag où un zèbre remplace un paresseux, la voiturette de golf succède au fauteuil roulant de la mémé, les couilles de Vincent Desagnat laissent place à celles de Medi Sadoun, sans oublier le coup des beaux-parents à épater où Clavier est interchangé avec le couple Baye/Bourdon… Dommage que le scénario soit si vu et revu car le prologue et l’épilogue, avec tous ses caméos plutôt marrants (Kad Merad, Michèle Laroque, JoeyStarr, Norman Thavaud), introduisent et clôturent parfaitement le long-métrage. Mais, ça ne suffira pas à nous « exciter comme une mouche dans le trou du cul d’une vache », pour parodier une des répliques du film… Un conseil : entraînez-vous pour vous trouver un alibi, si on vous propose d’aller voir cette comédie certes bien rythmée mais qui ne tient pas les promesses d’originalité.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire