Parce qu'on en a jamais assez !

AÏLO : UNE ODYSSÉE EN LAPONIE

Un spectacle exceptionnel et attendrissant

Alors que son troupeau est en pleine migration, Aïlo naît trop tôt. Dès les premiers jours de son existence, le combat sera permanent pour survivre aux conditions météorologiques, mais également aux nombreux prédateurs qui rôdent…

Aïlo une odyssée en Laponie film documentaire image

Les premières images coupent le souffle. Des paysages enneigés. À perte de vue. L’immensité d’une nature sauvage qui ne cesse de faire rêver les jeunes enfants. Nous sommes en Laponie, là où séjournent le Père Noël et ses fidèles compagnons, les rennes. C’est précisément à un nouveau-né de cette espèce que va s’intéresser le film. Et pour retracer la première année de l’existence du jeune Aïlo, le réalisateur a choisi la forme d’un conte. S’éloignant des codes du documentaire, le métrage développe une véritable dramaturgie, où les animaux sont les héros. Par un montage minutieux, une voix-off omniprésente et une bande-soignée, les différents rennes, renards ou encore loups deviennent des personnages à part entière, avec des émotions et des intrigues propres.

Au fur et à mesure des séquences, le spectateur découvre alors les péripéties d’un renne né trop tôt, qui dès les premières minutes de sa vie a dû affronter les différents obstacles de la nature et éviter les prédateurs. « Un renne a cinq minutes pour se dresser sur ses pattes, cinq minutes pour apprendre à marcher, et encore cinq autres pour savoir courir et nager » nous apprennent les commentaires audio. Si "Aïlo : Une odyssée en Laponie" se veut pédagogique, il est surtout construit pour séduire la plus jeune audience. Assumant parfaitement sa forme narrative, la voix d’Aldebert, musicien bien connu des enfants à qui l’on doit les albums "Enfantillages", parcoure les images avec nous, multipliant les traits d’humour et les messages directement adressés au public. En vrac, Le lemming se voit qualifié de « nugget de la Laponie », le glouton hérite du surnom de « Wolverine », et les hermines sont présentées comme des piles électriques complètement déjantés. Avec ce ton particulier et le caractère bienveillant de l’ensemble, le film séduira les plus petits, alors que le discours écologique et la proximité impressionnante avec les animaux plairont sans aucun doute aux parents. En résumé, une odyssée pour toute la famille !

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire