Parce qu'on en a jamais assez !

L'AGE DE GLACE 2

Le rire réchauffe …même la terre.

Quand une barrière de glace menace de s'effondre et d'engloutir la vallée sous les eaux, nos amis le paresseux, le tigre et le « dernier » mammouth, partent à la recherche d'un refuge situé à l'autre bout, et constitué d'une mystérieuse embarcation. Au cours de leur périple, ils vont croiser d'étranges nouveaux personnages, comme ces petits opossums excités ou une femelle mammouth qui se prend pour un autre animal…

Et voici venu le temps …….. Du réchauffement ! Et nos amis sont de retour, soumis à cette nouvelle évolution climatique bien malgré eux, même si au début du métrage, ils semblent bien s'en accommoder. Mais le danger d'une inondation, voir d'un déluge, les oblige une fois de plus à reprendre la route, et à affronter leurs peurs et autres frustrations. Chacun des trois compères a droit à sa petite histoire, le paresseux Elie fait face à son besoin de s'affirmer, le mammouth vivant seul recherchant l'âme sœur, et le tigre qui ne connaît pas la peur, a une trouille terrible de l'eau.

A ceux là, viennent se greffer de nouveaux personnages, limite hystériques, mais pleins de tonus, et surtout la vrai star du film, le personnage le plus connu de cet univers : le bien nommé Scratch (ou scrat), le petit rongeur et sa quête irréelle de gland. Cette fois ci il débute le film, apparaît en temps que fil conducteur, et reçoit même l'infime honneur de le conclure d'une manière quasi biblique, bien avant Moïse.

Alors si le film réserve moins de surprises que le premier, il reste encore des moments de pure folie, comme ce ballet des vautours à la Gene Kelly, et des personnages qui loin d'être hystériques et agités comme dans bon nombre de productions de ce genre, sont attachant par leurs caractéristiques et leur drôlerie. Certes le scénario semble assez restreint mais c'est surtout le travail sur les personnages et leurs caractères, qui assure au film son énergie.

Toujours aussi bien animé, réalisé et rythmé, le film fera facilement plaisir aux petits et aux grands. Il fait montre de talents impressionnants dans la représentation des animaux en fourrure, ceux-ci confinant à la peluche, marquant encore un tournant après la réussite de Monstres et Cie dans ce domaine. Une réussite donc, dans ce monde de l'animation par images de synthèse, où l'humour, les couleurs et l'action prennent le pas sur la technique, et entretiennent un émerveillement permanent.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire