Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

ARTICLES

LUMIERE 2010 – Bilan 3 – Un final grandiose

IL ETAIT UNE FINPrix Lumière

Passons sur le fait que la cérémonie de remise du Prix Lumière a connu un faux démarrage, parfaitement rattrapé par Thierry Frémaux pour rester sur ce qui nous intéresse : le corps de rêve de Julie Ferrier (« L’Arnacoeur ») et l’incroyable film qui s’offre à nous (contrairement à Julie Ferrier). Présenté dans une sublime copie neuve, ce Director’s Cut de « Amadeus » dure 3h (20 minutes de plus) et se regarde avec une délectation certaine et un plaisir évident. Filmé comme une rock star, Mozart (Tom Hulce… que l’on ne reverra quasiment pas, probablement victime du syndrome « Mark Hamill ») illumine la scène, porté par une utilisation parfaite de sa musique et par des plans d’une beauté et d’une profondeur sans égale (ce sont les plus beaux plans d’une ville sous la neige). L’histoire est tellement prenante malgré sa simplicité, tellement représentative d’un processus créatif de génie et de ce mélange de jalousie et d’admiration qui en découle, que tout fonctionne, réglé comme du papier à musique.Cérémonie de Clôture

Le dernier jour du festival fait quasiment pale figure, ce malgré la présentation du chef-d’œuvre de Visconti « Le Guépard ». Grande fresque, personnages hauts en couleur que ce soit le charismatique « Guepard » joué par Burt Lancaster ou le couple Delon / Cardinale, tout le monde porte cette histoire avec grâce (il y a même la présence de Terence Hill et de Giuliano Gemma). Malgré certaines longueurs (encore plus longues quand c’est le 22ème film de la semaine), les 3 heures passent relativement bien. Présenté par l’habituée du festival Claudia Cardinale, la séance permettait de clôturer cette fête du cinéma.

Rendez vous l'année prochaine dans les salles du Grand Lyon et d’ici là, posons nous la seule question qui le mérite : qui sera l’invité d’honneur ? Un européen ? Un américain ? Personnellement, je souhaiterais Spielberg, Coppola, De Palma ou Scorsese… mais la cote peut pencher du côté d’un Almodovar ou d’un Ken Loach.

Informations

François Rey Envoyer un message au rédacteur