NEWS

Festival

Festival de Berlin 2015 : peinture d'une communauté en perdition dans l'oppressant "Ixacanul"

8 février 2015

Compétition
IXCANUL
(Ixcanul Volcano)

de Jayro Bustamante
avec María Mercedes Coroy, María Telón, Manuel Atún, Justo Lorenzo, Marvin Coroy, Leo Antún...

Dans les montagnes du Guatemala, la famille de Maria, 17 ans, habite une ferme et espère pouvoir marier celle-ci à Ignacio le propriétaire des lieux. Mais celle-ci flirte avec Pepe, un des saisonniers de la plantation de café, avec lequel elle voudrait bien s'enfuir... À partir de ce synopsis en apparence tout simple, Jayro Bustamante esquisse la peinture d'une situation de dépendance d'un peuple (les Kaqchikel-Maya) à la fois privé de terres, mais aussi coupé d'une société moderne faute de parler l'espagnol.

Représentant le Volcan, objet d'offrandes et cette terre si importante, infestée de serpents, comme un paysage commun, en évitant tout plan large sur le paysage, Bustamante réussit à décrire un contexte social entre terroir, isolement communautaire et croyances ancestrales. Ou quand l'irrationnel guide les décisions les plus importantes des plus pauvres, alors que ceux qui exploitent les autres n'ont aucun scrupule à les manipuler.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur