NEWS

Festival

Festival d’Annecy 2022 : l’après tsunami dans l’envoûtant "The house of the lost on the cape"

21 juin 2022
Festival d'Annecy 2022 - impression 12 - The house of the lost on the cape
© David Production, Fourni par le Festival d’Annecy

Compétition
THE HOUSE OF THE LOST ON THE LAKE
(Misaki no Mayoiga)
de Shin’ya Kawatsura
avec les voix de Mana Ashida, Sari Awano, Takuya Tasso, Shinobu Ôtake...

Notre première impression sur le film :

En choisissant la tonalité du fantastique, Shinya Kawatsura réussit à évoquer les conséquences du tsunami de 2011 avec un élan d’espoir quant à l’avenir des victimes et une reconstruction possible malgré le deuil. La première scène donne d’ailleurs une étendue visuelle de la catastrophe. On y suit une mystérieuse vieille dame, un ballot entre les bras, suivie en silence par une adolescente et une petite fille, jusqu’à une grande demeure où elles vont désormais habiter. Située sur un cap dominant d’impressionnantes falaises, on peut apercevoir alentour villages et ports dévastés. Le ton est donné, il sera contemplatif, les événements de la vie étant pris avec calme, malgré l’ampleur du carnage.

C’est ainsi par flashs-back, que nous seront dévoilés non seulement la rencontre des deux jeunes filles puis celle avec la vieille dame, mais aussi les passés respectifs des deux filles. L’atout principal du film réside en fait dans la nature même de la maison, magique, et dans la convocation de nombreux esprits japonais, dans le combat contre une tristesse généralisée dont se nourrirait une créature maléfique. On pense forcément en partie à l’univers de Chihiro, certes ici éloigné d’un bain dans le monde des esprits, mais proche d’un lieu hospitalier du monde réel. Personnages attachants, émotion affleurante, élégance du dessin, irruptions ponctuelles de magie et de mystérieux esprits font à coup sûr un cocktail gagnant.

Voir la bande annonce du film "The house of the lost on the cape" :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :