Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

ARNACOEUR (L')

Pascal Chaumeil

Journaliste :
A l’écran vous semblez avoir pris beaucoup de plaisir à rejouer la scène de danse de « Dirty dancing ». Est-ce que vous vous êtes réellement amusé, ou est-ce que ça a été une préparation difficile ?

Romain Duris :
On y a pris beaucoup de plaisir. C’éta…

© Universal Pictures International France

Journaliste :
A l'écran vous semblez avoir pris beaucoup de plaisir à rejouer la scène de danse de « Dirty dancing ». Est-ce que vous vous êtes réellement amusé, ou est-ce que ça a été une préparation difficile ?

Romain Duris :
On y a pris beaucoup de plaisir. C'était agréable, d'autant qu'on ne se connaissait pas bien...

Vanessa Paradis :
Ça a été beaucoup de travail. En effet, on ne connaissait pas les pas de ces danses de salon. C'était plaisant, et puis ce genre de scène c'est une aide lorsqu'on ne se connaît pas. Ça brise beaucoup de barrières...

Journaliste:
Comment s'est passée l'écriture ? Comment sont arrivés tous les défaut anecdotiques du personnage de Vanessa, le roquefort au petit déjeuner, l'amour de Wham... et tout ces petits détails délirants, comme la radio ambulante, le plombier polonais qui boite, les dauphins qui disent les prénoms ? Est-ce qu'une partie est venue des acteurs eux-mêmes ?

Pascal Chaumeil:
Il y a des choses qui sont apparu à la réécriture du scénario. C'était dès le départ une comédie avec un point de départ très original. Mais les spécificités de Juliette (Vanessa) étaient déjà écrites. Sauf que dans le scénario original, elle était fan de Freddy et de films d'horreur. On a changé pour « Dirty dancing » et cela a obligé à réécrire toutes les scènes en référence. Quand au plombier polonais, ce numéro était aussi écrit, mais François Damiens a mis la perruque au dernier moment, sans que je le sache. Et puis, si on lui demande de boiter, sa jambe fait des choses incroyables (rires).

Journaliste:
Comment s'est fait le choix des acteurs ?

Pascal Chaumeil:
Je trouvais qu'ils avaient tous du talent et du charisme. Vanessa et Romain formaient un couple inédit au cinéma. Et ces deux là ont définitivement quelque chose de différent des autres.

Journaliste:
A titre d'information, quels sont les films, comme Juliette avec « Dirty dancing », que vous adorez, tout en ayant un peu honte ?

Julie Ferrier:
J'aime Maria Carey (rires)... mais ça n'est pas un film. « Ballroom dancing ». Non, je sais: « Peau d'âne » !

Réalisateur:
« Les ailes de l'enfer »... un navet avec Nicolas Cage...

Vanessa Paradis:
« Purple rain ». On a aimé, et il faut avouer qu'il n'a pas très bien vieilli... Mais on le regarde avec distance aujourd'hui, pas comme Juliette avec « Dirty dancing »...

Journaliste:
Comment savoir si Juliette cède par ennui dans son couple ou vraiment pour lui ?

Vanessa Paradis:
Au départ elle est sûre d'elle. Elle a choisi. C'est une femme carrée, qui n'est pas dans un moment délicat de sa vie. Elle est même un peu rigide. Elle n'a aucune raison de craquer. Puis il lui ouvre les yeux, il finit par l'amuser. Au début elle agit avec sa tête, puis après avec son coeur. Elle finit par être bien...

Pascal Chaumeil:
Elle s'est un peu cadenassée. Au fond leur histoire n'est pas très raisonnée, comme lors des vrais rencontres...

Romain Duris:
Elle le touche plus que les autres. Elle n'est pas comme les autres. Il tombe amoureux parce que c'est elle. Sa Juliette (lui Roméo)...

Journaliste:
Qu'est ce que vous apporte la musique par rapport au cinéma ?

Vanessa Paradis:
Je suis chanteuse. En musique, c'est moi le metteur en scène, même si je ne fait pas tout toute seule. Au cinéma, il y a finalement moins de pression...

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT