INTERVIEW

ZIG ZAG

Grégory Lemarchal et Lucie Bernardoni

Acteur, actrice (voix)

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, c’est à un Grégory Lemarchal très (trop ?) expansif auquel nous avons eu à faire, bien loin de l’image du jeune hypersensible véhiculée par TF1 et sa Star Ac’. Sans même qu’une question lui fut posée, le chanteur s’octroya en effet l…

© Olivier Bachelard

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, c’est à un Grégory Lemarchal très (trop ?) expansif auquel nous avons eu à faire, bien loin de l’image du jeune hypersensible véhiculée par TF1 et sa Star Ac’. Sans même qu’une question lui fut posée, le chanteur s’octroya en effet la parole en expliquant quelle fut sa motivation à participer au projet Zig-Zag. « J’aime bien cette histoire d’un personnage prêt à tout pour arriver au bout de ses rêves. » De là à dire qu’il avait préparé sa phrase, afin de nous faire comprendre le parallèle entre l’histoire du film et sa propre vie, il n’y a qu’un pas, qu’il franchit d’ailleurs plus tard dans l’interview en revenant sur ce point plus explicitement …

Vint alors s’exprimer la plus réservée Lucie Bernardoni (difficile de faire moins que son camarade de toute façon !) à propos de la genèse de leur participation au film. Pour eux deux, ce fut une proposition de leur chef de projet, qui ne fut d’ailleurs pas sans les étonner, car bien différente des habituelles avances de studio de pubs.

A propos de leur méthode de travail, tous deux dévoilèrent qu’après le visionnage de la VO, ils prirent conscience qu’ils ne pourraient jamais imiter les voix originales, et qu’il valait mieux explorer une autre voie (ou voix.) Ils travaillèrent alors sur un type de voix plus explicite pour le public français, encadré par le superviseur du doublage dont ils soulignèrent le grand professionnalisme. Et aussi ont-ils avoués que les cours de théâtre dispensés à la Star Ac’ se révélèrent d’une grande aide pour leur jeu d’acteur, car, comme l’affirma Grégory Lemarchal, « ce n’est pas tant le calage qui posait problème, mais la retranscription des émotions. »

Mais étrangement, les deux chanteurs avouent n’avoir jamais travaillé avec les autres doubleurs présents sur le film tout au long des trois jours et demi de studio pour Grégory Lemarchal, et de la seule demi-journée pour Lucie Bernardoni. Autre bizarrerie sur laquelle ils furent questionnés, la présence de leurs deux noms à l’affiche. Lucie Bernardoni affirma alors que « dans ce film, tout se passe sur la voix donc c’est un peu normal si nos noms sont à l’affiche. »

Même remarque pour Grégory Lemarchal, qui avoua toutefois peu après, et avec beaucoup plus d’honnêteté : « je ne me voile pas la face, je sais très bien que c’est pour surfer sur la vague Star Ac qu’on nous a choisi. ». Dommage que cette soudaine franchise ne surgit qu’à la fin d’une interview qui n’avait, il faut bien l’admettre, d’autre intérêt que d’attirer les médias à l’aide de deux personnalités (pour l’instant) populaires. Et en effet, on se doute bien que si tout autre comédien ayant participé au film était venu défendre ce dernier (ce qui aurait pu être logique dans le cas de Gérard Klein par exemple dont la voix est beaucoup plus présente dans le film), cela se serait passé devant une salle bien moins remplie…

Anthony REVOIR Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT