Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

ZULU

Un film de
Avec

Un suspense perdu en route

Film de clôture du Festival de Cannes 2013, "Zulu", signé du Français Jérôme Salle, auteur d’"Anthony Zimmer" et des deux épisodes de "Largo Winch", promettait d'être un vibrant film d'action. Situé en Afrique du sud, et relatant l’enquête de trois inspecteurs chargés d’élucider le meurtre de la fille d’un célèbre rugbyman, le film s'enrobe de prime abord dans un écrin de mystère plutôt appréciable. S'ouvrant sur un flash-back concernant l’enfance d'un des policiers (Forest Whitaker), "Zulu" semble alors disposer d’un scénario solide, fournissant à ses deux personnages principaux un background et un environnement en apparence des plus riches : l’un a vu son père brûlé vif lorsqu’il était gamin, l’autre a de sérieux problèmes d’alcool et de gestion de sa colère, du fait de sa séparation et du futur remariage de celle qui fut sa femme.

Les premières scènes d'actions (l’altercation avec les dealers sur la plage, parfaitement réussie…), laissent l’impression d'un film sans concession, qui pourrait mener vers un véritable complot politique en lien avec le passé du pays, et un racisme omniprésent. Si le réalisateur montre très bien l’existence d'une exploitation de la pauvreté et d'une violence ambiante, cette efficacité et une certaine cruauté qui n'épargne aucun personnage ne seront de mise que sur la première heure du film.

Par la suite, malheureusement, les facilités scénaristiques finissent par avoir raison du suspense pourtant installé (la prise en otage de l'ex-femme). On s'étonnera même de certaines incohérences, comme la scène en pays voisin, où les enquêteurs se rendent sans contrainte, alors que l’enquête est close, pour l'un en avion... et pour l'autre en voiture (alors qu'en plus ce dernier a été mis à pied). Au final, même le dénouement de l’enquête déçoit par son manque de relief politique, s’éloignant brutalement de ce qui faisait le côté terrifiant d’une résurgence de l’Histoire d'un pays encore englué dans son terrible passé.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire