Banniere Festival d'Annecy 2021

YOGI L’OURS

Un film de Eric Brevig

Un ours en peloche !

Yogi et Booboo sont deux ours bruns vivant dans le parc national de Jellystone. Spécialiste du vol de paniers de pique-nique, Yogi cause bien des soucis au Ranger Smith. Alors qu’une jeune reporter débarque pour tourner un reportage sur Jellystone, le maire de la ville veut vendre le parc et le faire raser...

Certain acteurs devraient vraiment apprendre à tirer parti des erreurs de leurs confrères et amis. Alors que Bill Murray ne cache pas avoir regretté d’avoir prêté sa voix à Garfield, on se demande bien ce qui à pu arriver à Dan Akroyd pour qu’il accepte de doubler Yogi, l’ours voleur de sandwichs. Quand à Justin Timberlake, c’est là une incompréhension totale. Mais bien heureux est le spectateur qui aura pu profiter des doublages américains, tant la Version Française est insupportable, tirant encore plus le métrage vers le bas.

Tiré d’un des dessins animés à succès de l’écurie Hanna-Barbera (avec entre autre « Les Pierrafeu » et « Scooby-doo »), Yogi ne sait pas quel public viser, alignant notamment les gags destinés aux plus jeunes (donc pas drôles et les prenant pour des idiots), accrochés à des références qu’ils ne peuvent pas comprendre. Sérieusement, quel gamin de 10 ans va rire d’une référence (douteuse) à « 2001 l’odyssée de l’espace » ?

L’histoire du maire méchant et débile voulant saccager la nature pour faire de l’argent, on ne pouvait pas trouver plus naïf comme point de départ pour nos petits. Mais le problème ne vient pas de là, mais du fait que le film ne sait jamais où se poser, les personnages sont mal écrits et les situations et scènes comiques ne fonctionnent presque jamais. Une honte lorsque l’on voit ce que l’on peut faire dans l’animation de nos jours. Sans parler d’atteindre la qualité d’un Pixar, le budget de « Yogi » étant forcément moins important, un peu plus de travail sur le scénario aurait pu sauver le film.

Décidément, entre les mauvaises adaptations de la famille Pierrafeu ou de Scooby-doo, les adaptations des classiques d’Hanna-Barbera sont de véritables catastrophes. Espérons juste que le jour où quelqu’un s’attaquera aux « Fous du volant », la qualité soit au rendez-vous.

François ReyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire