Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

WILD SIDE

Touchant

Mickhail, immigré de l'Est, partage la vie de Stéphanie, jeune transsexuelle française. Dans l'appartement de celle-ci vit aussi Djamel, homosexuel qui se prostitue, et sorte de troisième maillon du « couple ». La maladie de la mère de Stéphanie pourrait venir bouleverser l'équilibre de ce monde marginal...

Si Sébastien Lifshitz aime à filmer les marginaux, les trois qui se trouvent au cœur de son Wild Side, peuvent paraître bien caricaturaux. Hors l'objet de ce film non consensuel est justement de dévoiler par bribes, en donnant quelques indices, leurs passés. Il instaure ainsi quelques scènes à l'écart du trio, ou quelques flashs back concernant l'enfance de Stéphanie, en petit garçon dont la longueur des cheveux était proche de celle de la tignasse de sa sœur. Il donne à voir avec pudeur et discrétion, les blessures et incidents de parcours des personnages, qu'il rend humains et attachants.

Bien sûr, à côté de Stéphanie, qui doit faire face à son passé, dans un Nord dévasté, les deux autres protagonistes paraissent bien peu complexes. Surtout que Stéphanie Michelini lui apporte une douceur inattendue et une force impressionnante. Le nouveau film du réalisateur de « Presque Rien » est, malgré une vision esthétique et terrible du Nord, une œuvre positive, emplie d'amour et de respect, qu'il est urgent de découvrir sans préjugé.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire