Parce qu'on en a jamais assez !

WHAT WE DO IN THE SHADOWS

Potache

Une équipe de documentaristes est invitée à filmer le quotidien de vampires qui vivent dans le même repère, alors qu'ils se préparent à se rendre à une grande fête annuelle...

Le principe du faux documentaire n'est pas nouveau. Certains grands réalisateurs s'y sont même essayé, de Rob Reiner avec "Spinal Tap" à Werner Herzog avec son film sur le monstre du Loch Ness ("Incident au Loch Ness"), les plus belles réussites étant certainement à rechercher, pour les plus récentes, du côté de "Borat" ou "I'm Still Here", ou des found footage "Cloverfield", "[REC]" ou "Chronicle". Après le faux groupe de rock, l'apparition du monstre, voici les vampires en colocation, pour un bon délire potache.

Si "What We Do in the Shadows" est plutôt bourré de bonnes idées, comme le fait de mettre des serviettes pour manger ses propres invités, le bâton jeté aux ennemis loups-garous pour qu'ils « aillent chercher », ou le petit vieux comme lot à gagner à la loterie, on s'épuise vite à suivre ces plaisanteries entre potes, tournées à la manière d'un film d'école. On s'amusera bien sûr de détails du décor (les murs maculés de sang, les convives du grand bal...), ou des effets calculés (l'essayage de vêtements sans se voir dans le miroir), mais si la surprise fonctionne un temps, le tout se noie au milieu de la description d'une vie de colocataires aux âges différents (le plus âgé à quelques 8000 ans).

Restent quelques idées sorties d'esprits fertiles, tournant en ridicule le mythe du vampire (la transformation en chien pour pouvoir baiser, la volonté de se déguiser en "Blade", la scène des spaghettis...), qui viennent ponctuer un scénario qui a bien du mal à se trouver un véritable souffle, ou une construction efficace.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire