Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE – 3D

Un film de Eric Brevig

Le grand huit, avec des lunettes

Le professeur Trevor Anderson voit son laboratoire de recherche sismique menacé de fermeture. Pour couronner le tout, il doit accueillir son neveu de 13 ans, Sean, pendant quinze jours chez lui. Alors que tous deux sont en train de parcouru l'édition du livre de Jules Verne, annotée par l'oncle disparu, un capteur se déclenche mystérieusement en Islande...

« Tout est dans le livre »: voilà la phrase qui revient certainement le plus dans ce film, qui loin d'être une nouvelle adaptation du célèbre ouvrage de Jules Verne, donne au moins envie de le relire ou de revoir le film de 1960 (voire la version espagnole de 1976). Car au fond, l'histoire supposée inventée par l'auteur, mais véridique selon certains, n'est ici qu'un prétexte à une débauche technique d'effets, mettant en avant l'impressionnante technique de projection en 3D (uniquement dans les cinémas équipés de projecteurs numériques). Car pour ceux qui ont l'habitude des parcs d'attractions type futuroscope ou des salles du genre La géode, les ficelles paraîtront évidentes.

Comme dans les courts ou moyens métrages qui ont arpenté ces lieux spécialisés (« T-Rex », « Les ailes du courage », « Star tours »), on trouvait déjà des monstres qui vous sautent à la gueule, des antennes pointées vers vous, qu'on croirait pouvoir toucher, ou encore des descentes vertigineuses du type grand huit. Il faut bien avouer qu'ici, le format long métrage, permet de faire le tour de ces techniques, jusqu'au parcours sur rails dans la mine ou la descente d'une rivière infernale. Le principe est donc plutôt amusant et réussit, d'autant que les personnages, sans grande épaisseur, ont aussi une certaine répartie, réjouissante.

Le film plaira donc aux petits, et surprendra aussi les grands, à condition qu'ils n'espèrent pas y trouver autre chose que de l'aventure menée tambour battant. Un divertissement honnête, lunettes polarisées sur le nez.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire