Banniere_Festival_Lumiere_2020

VOIR LE JOUR

Un film de Marion Laine

Tranche de vie

Jeanne est auxiliaire dans une maternité de Marseille. Elle fait ce métier depuis des années dans des conditions qui se dégradent de plus en plus. Dans l’hébétude des gardes qui s’enchaînent, son passé la rattrape…

Voir le jour film

"Voir le jour" est un film éminemment pudique et sensible, portée par Sandrine Bonnaire, dont le jeu, changeant, imprévisible et à fleur de peau, reflète merveilleusement la réalité d’une vie de femme qui a laissé un passé derrière elle. Loin de l’esthétisation, du lyrisme ou du drame, ce film, auquel les qualificatifs de comédie dramatique ne conviennent pas vraiment, est un récit de vie. Celui d’une mère, d’une femme, qui a eu un passé, une vie, avant de devenir mère et auxiliaire de puériculture. Un passé qui un jour se matérialise en un homme, un « cow-boy », qui vient demander si Norma est là. Ce retour ne se fait pas sans heurt, sans souvenir, car il n’avait pas été enfoui sans raison.

Sur un fond de chronique sociale et de réalité catastrophique des maternités et de l’avenir des sages femmes, cette histoire personnelle vient s’étendre. Faire voir le jour, donner la vie, est la mission quotidienne de ces femmes qui sont ici montrées dans leur individualité, au-delà de leur fonction. Il n’y a pas de grande effusion de joie ou de larmes dans ce film. Il en va de même pour la mise en scène et la partition sonore. Si certains plans assument clairement un certain esthétisme et que les séquences de souvenirs, par la force du montage, invitent à des sauts dans le temps immédiatement lisibles et extrêmement pertinents, montrant l’impossibilité du personnage à se libérer d’un passé qui l’enserre, c’est la pudeur et la retenue, le silence et le soutien, qui sont au cœur de ce film.

Un moment de bravoure se dégage néanmoins, dans les dernières minutes du film, avec un magnifique plan séquence, sur des époques de la vie. Un moment suspendu, humain trop humain, accessible. Un voyage touchant, profond, intime et en même temps infiniment proche.

Thomas ChapelleEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire