Parce qu'on en a jamais assez !

VERTIGES DE L'AMOUR

Le plus beau jour… sans fin

Philippe Torreton nage dans le bonheur, car il est sur le point de se marier. La veille du grand jour, un ami bien intentionné affirme que rien ne garanti qu'on pourra aimer la même femme toute sa vie… ce qui entraîne une série de cauchemars et de remises en questions...

Voici une petite comédie, toute en rondeurs, qui vous titille les pupilles et les sens. Construite sur le même mode qu' " Un jour sans fin " d'Harold Ramis, le film présente les réveils successifs de Torreton, en proie à valse hésitations et scénarios de vie, jusqu'à ce qu'il prenne la bonne décision.

Non sans ressort dramatique, ni retournements surprenant (voir l'avant dernière scène), il est presque dommage que le film ne s'arrête pas à cette version traîtrise de la femme, qu'il propose, et qui aurait donné du piquant à une fin bien morale…

Dans cette comédie qui ose bien des situations (le jet de la femme par la fenêtre restera un grand moment), on regrettera des relents de culpabilité bon marché, difficile à dépasser, de la voix off de l'homme se traitant lui-même de " faux-cul ", aux personnages sentencieux, mais drôles, le harcelant de leur mépris dans la rue…

Philippe Torreton est toujours aussi posé , maniant le verbe comme personne, et les dialogues sonnent juste, quoi qu'un brin maniérés. Bien sûr, tout le monde ne se retrouvera pas dans cette peinture de milieu bourgeois cultivé, mais le film est tout de même une véritable découverte… pour un vrai plaisir.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire