Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

VAIANA

Un film de Ron Clements et John Musker

Un Disney écolo où résonnent de trop nombreuses chansons

La légende veut que le demi-Dieu Maui ait autrefois volé une pierre de vie, déclenchant l'expansion des ténèbres sur les îles du Pacifique, et qu'un jour il sera contraint par un héros, de traverser la mer et remettre celle-ci à sa place. Aussi, quand le poisson vient à manquer et les noix de coco à pourrir, le futur chef du village, Vaiana, décide-t-il de suivre les conseils de sa grand-mère, et de franchir la barrière de corail...

À la vision de la bande annonce, on espérait sans doute que le nouveau dessin animé 2D des Studios Disney allait nous embarquer dans de surprenantes aventures aquatiques, en laissant un peu de côté les séquences chantées, qui ne sont pas toujours très utiles à l'avancée de l'intrigue. C'était sans compter sur la présence aux commandes de Ron Clements et John Musker, metteurs en scène des très réussis "La Petite Sirène" et "Aladdin", mais aussi du récent "La princesse et la grenouille". Moins inspirés et moins entraînants, les morceaux cassent ici le rythme d'une intrigue qui nous entraîne sur les mers, en compagnie de la dynamique Vaiana, du demi-Dieu prétentieux et égocentrique Maui (aux surprenantes facultés de transformation), et d'un petit coq écervelé qui ne manquera pas d'amuser petits et grands.

Le discours écolo, sur l'économie des ressources naturelles et le respect de Dame Nature est ici réduit au minimum syndical, mais le rôle de l'océan ou de la terre, en tant que personnages secondaires « vivants » s'avère intéressant et non négligeable. Difficile cependant de rendre réellement expressive une vague ou une langue d'eau, ceci malgré toute la qualité de l'animation. Coloré et positif, le traditionnel Disney de Noël aura au moins le mérite de dépayser, tout en développant un discours classique sur le côté surprotecteur des parents, ou la nature des grands-mères. Un film d'animation certainement trop attendu, d'où ressort tout de même une indéniable tendresse.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire