Banniere Festival Hallucinations Collectives 2019

UNE FEMME D'EXCEPTION

Un film de Mimi Leder

Un film qui fera office de jurisprudence dans les biopics féministes

Ruth Bader Ginsburg a étudié à Harvard et Columbia, en est sortie diplômée et major de sa promotion, est devenue une excellente avocate, mais malgré tout cela aux yeux des autres, Ruth est surtout une femme, et cela va devenir son plus grand combat…

Mimi Leder, à qui l’on doit notamment "Deep Impact", a choisi de s’attaquer à la vie de Ruth Bader Ginsburg, dit RBG, actuelle juge de la cour suprême des États-Unis et qui a œuvré pour l’égalité des genres, le film se concentrant sur cet aspect de sa vie, et notamment le procès qui a tout débuté, celui de Charles Morritz contre L'Internal Revenue Service et comment RBG a lutté pour l’égalité homme-femme en combattant le système depuis l’intérieur.

Avec cette approche qui privilégie le côté juridique au côté purement moral de la thématique, le film détonne et se démarque (en bien) des autres œuvres sur le féminisme. L’histoire, écrite par le neveu même de Ruth Ginsburg, est très bien menée et on s’attache très rapidement à cette femme qui décide de s’attaquer au système à travers le système. Ceci est très bien rendu dès le générique d’ouverture, où l’on voit RBG, au milieu de toute cette masse « d’hommes d’Harvard » habillés de la même manière, alors qu’elle, accroche le regard avec ces vêtements bleus.

Si le reste de la mise en scène présente assez peu de fulgurance, elle reste très efficace et on suit tous les personnages, qui montrent tous des nuances quant à leur personnalité, ce qui fait qu’on se surprend à avoir de l’empathie, parfois même à certains moments pour ceux présentés comme les antagonistes.

En cela, la performance des acteurs y est pour beaucoup et tous sont irréprochables, que ce soit Felicity Jones, avec laquelle on rit, on pleure et on stresse ; Armie Hammer, qui nous démontre une nouvelle fois tout l’étendue de son talent en campant un mari idéal (du moins pour Ruth), sans jamais tomber dans la niaiserie et le mielleux ; ou encore (et c’est probablement la révélation du film) la jeune Cailee Spaeny qui interprète Jane Ginsburg, la fille du couple.

Au final, "Une femme d’exception" est un excellent film sur le féminisme qui, loin des autres films du même genre, ne nous bassine pas sur ce que l’on « devrait faire », mais veut nous montrer « comment le faire », bref un vrai précédent dans le cinéma de lutte féministe.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire