Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

TRANSSIBERIAN

La pulsion du risque

Un couple d'américains porté sur la charité chrétienne, revient d'une mission en Chine par Moscou, en empruntant le Transsiberien. Au bout de quelques stations, il sont rejoints par un étrange couple hispano-américain qui partage leur cabine...

Casting de choix pour ce film américain signé Brad Anderson (« Et plus si affinités », « The machinist ») qu'on attendait cependant plus incisif et moins porté sur les clichés concernant le fonctionnement des polices russes. Ben Kingsley joue les policiers russes, Eduardo Noriega les séducteurs pas clairs, Woody Harrelson le naïf mari qui essaye de se montrer ouvert, et Emily Mortimer la femme flegmatique et réservée qui cache un volcan. Leur voyage en train, sur fond de vol de drogue à un gros fournisseur, et à la fois dépaysant et intrigant.

D'autant qu'il est sensé mettre chacun face à ses envies et pulsions les plus intimes. Mais ce qui fonctionne un temps, sur le mystère entourant le couple de tourtereaux pas farouches et le passé d'Emilie Mortimer, tourne à la parodie lorsqu'entre en scène Ben Kingsley, certes toujours impeccable en policier russe, mais dont les agissements font bifurquer le film vers le registre de la course poursuite, aussi veine que riche en faux rebondissements. Le réalisateur aligne alors les scènes inutiles, comme celle où Emily Mortimer manque de tomber du train. Si « the wild one » n'est pas forcément celui qu'on croit, on se dit que l'intime aurait mieux fait de ne pas céder le pas sur l'action.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire